Vous naviguez en mode anonymisé, plus d’infos

J'ai compris !

Vous trouverez ici la navigation.

NOA est là pour vous aider et répondra à toutes vos questions 😀.

Fermer
Je suis Noa !

Le Lionbot de la Région Nouvelle-Aquitaine

La Région Nouvelle-Aquitaine

Illustration d'une série de produits régionaux de Nouvelle-Aquitaine, spécialités gastronomiques ou produits typiques faits à la main.

Produit de Nouvelle-Aquitaine : les chaussettes Broussaud

Temps de lecture 6 minutes

Grâce à Internet, les chaussettes Broussaud se sont imposées comme un des acteurs incontournables du made in France de qualité. L'entreprise familiale poursuit bonhommement une irresistible ascension. On trouve désormais ses produits jusqu'à la boutique de l'Elysée.

Publié le jeudi 2 décembre 2021
  • #Économie territoriale
  • #Particulier
usine_broussaud_chaussettes

« On a préféré refaire l’intérieur que l’extérieur », prévient Aymeric Broussaud, PDG et petit-fils des cofondateurs des Chaussettes Broussaud aux Cars (Haute-Vienne). Il est vrai que l’usine, certainement moderne en son temps, fait aujourd’hui un tantinet vieillotte ou disons, traditionnelle, bien campée au milieu du village, en face du terrain de foot. Lorsqu’on entre, le contraste est frappant. Bureaux neufs, grandes baies vitrées qui ouvrent les postes de travail de la finition sur l’extérieur et, au détour d’un virage, l’impressionnant alignement des machines.

Robots et travaux

broussaud_chaussettes_les-cars_87

« On a renouvelé 60% du parc machines depuis 2014 », se félicite Aymeric Broussaud. « Nos robots ne sont pas aussi spectaculaires que les grands bras articulés de l’industrie automobile, mais ils sont capables de fabriquer une chaussette du début à la fin à partir des 800 couleurs dont nous disposons. Ce n’était pas le cas avec les anciennes machines où il fallait ajouter le bout de la chaussette après coup. Là, tout est fait d’une pièce. Une autre différence avec l’industrie automobile, c’est que chez nous, le robot ne remplace pas le salarié, il le fait monter en compétences. Il devient opérateur machine. La robotisation améliore les process de fabrication avec un contrôle humain permanent. »

L’usine était en travaux durant la moitié de l’année 2021. Au programme : les sols, la climatisation pour le bien-être sur les postes de travail, une mise à niveau électrique générales et agrandir les ouvertures pour rendre le bâtiment plus lumineux. « En janvier, on attaque la dernière extension possible des locaux pour agrandir le parc machine ». Celui-ci passera de 100 machines (dont 28 robots) à 140. Au total, l’entreprise un investissement de 1,4 million d’euros. « Pour nous, ce n’est pas rien », assure Aymeric Broussaud.

Une histoire familiale

aymeric_broussaud

Les grands-parents Broussaud, un représentant de commerce et la fille de l’épicier du village, fondent Broussaud chaussettes en 1938. « Ma grand-mère faisait des chaussettes à la main. Ils ont vu un potentiel et décidé d’acheter des machines » Bien leur en a pris. L’entreprise tourne bien et ils la transmettent à leurs enfants en 1984, au tournant de l’électronique et de la grande distribution. « L’usine faisait 10 000 paires pour 1 000 clients. Et là, il fallait se mettre à faire les 10 000 paires pour un seul client. » L’entreprise travaille alors pour Auchan et Carrefour. Début 2000, Auchan stoppe ses commandes en 18 mois. Le choc est rude. L’entreprise licencie 50 personnes. « Mon père ne croyait plus à la fabrication française. » Il liquide l’entreprise.

Pour sa part, Aymeric Broussaud ne voit pourtant pas son avenir en dehors de l’usine. « J’ai appris à marcher et à faire du vélo dans l’usine. Plus tard, j’y travaillais l’été. C’est là que j’ai grandi. Après un BTS en alternance, je suis entré comme employé. J’ai aussi rencontré ma femme à l’usine qui était ouvrière et a gravi les échelons. Mon grand-père m’avait dit que je reprendrais l’usine et que je ferais des chaussettes. Je n’ai jamais imaginé autre chose. » Le couple reprend l’usine en 2006 avec 18 salariés.

Une visibilité retrouvée grâce à Internet

C’est l’arrivée d’Internet qui sauve les chaussettes Broussaud. Le réseau permet à Broussaud de s’afficher et de retrouver une visibilité perdue lorsque l’entreprise était sous-traitante de la grande distribution. La relance de l’entreprise s’est faite en partie avec l’aide de la Région, avec une avance de fonds de roulement de 200 000 euros. « Cela nous a donné de l’air et permis d’investir dans du nouveau matériel. »

Broussaud s’inscrit dorénavant comme un acteur local du made in France de qualité. Des marques comme Archiduchesse redonnent du sens à la fabrication. « Les marques de luxes qu’avaient perdues mes parents sont revenues. » Puis, Broussaud suit l’élan des nouvelles marques françaises, avec des clients comme Royalties ou Le slip français. « Il faut aussi ajouter le soutien d’un client historique, depuis 29 ans, qui ne nous a jamais lâché : Carrefour. » Broussaud compte aujourd’hui 170 clients et 70 salariés.

Des labellisations et une traçabilité complète

broussaud_chaussettes_les_cars_87

Pour mieux asseoir sa réputation, l’entreprise rentre dans un processus de labellisation. Broussaud est devenue EPV (entreprise du patrimoine vivant). Ses tissus sont Oeko-Tex (une garantie sur la production et l’absence d’utilisation de produits nocifs), mais aussi GOTS (Global organic textile standards), pour l’origine bio des matières premières et bien-sûr, Origine France garantie. « Nous sommes contrôlés par Veritas qui demande toutes les preuves possibles : les certificats d’origine de la matière, les factures, les feuilles de salaire des salariés. « On a travaillé notre propre système de production. Si on nous impose un contrôle qualité, on a une traçabilité totale à tout moment. »

Optimisme et projets

broussaud_chaussettes_les_cars_87

« Sur nos commandes, on a la chance d’avoir une visibilité à 6 mois », se félicite le PDG. « La demande est énorme et l’offre faible ». Inquiet sur l’explosion du prix des matières premières et du transport (le prix d’un container est passé de 4 000 à 8 000 dollars à 28 000 dollars), il reste optimiste et projette son entreprise dans une croissance raisonnée.

Le magasin d’usine, véritable institution locale devrait connaitre son troisième agrandissement depuis sa création. Il est « dans le top 10 » des clients de l’entreprise et devrait pouvoir accueillir la braderie annuelle qui se tient traditionnellement sur la place en face de l’usine.

Depuis peu, la marque « Maison Broussaud » a vu le jour. Pour la première fois, le façonnier fabrique en son nom propre. Pour la mettre en valeur, un nouvel espace de vente vient de voir le jour dans le centre de Limoges, moitié chaussettes, moitié produits locaux. Et l’entreprise vient d’acheter une maison à deux pas de son usine pour y installer un show-room permanent. Et, entre les nombreux articles dans la presse, les prix (prix coup de cœur des entreprises de Nouvelle-Aquitaine) et les marques de reconnaissance (Broussaud a été inscrit au catalogue de la boutique de l’Elysée), le climat incite effectivement à l’optimisme.

Les dates clés des chaussettes Broussaud

  • 1938 : Création de l'entreprise
  • 1984 : Les grands-parents passent aux parents
  • 2006 : Les parents cèdent aux enfants
  • 2021 : Les chaussettes Broussaud entrent à l'Elysée
À lire aussi
Le Vieux Relais d’Airvault, tiers-lieu et bar-restaurant

Le Vieux Relais d’Airvault, tiers-lieu et bar-restaurant

  • #Économie territoriale
  • #Politique contractuelle
La Nouvelle-Aquitaine, plus grande région de France

La Nouvelle-Aquitaine, plus grande région de France

  • #Économie territoriale
  • #Patrimoine et inventaire
  • #Tourisme
À Pons, un site industriel fédère les énergies

À Pons, un site industriel fédère les énergies

  • #Économie territoriale
  • #Particulier
Concertation développement économique SRDEII 2021

Concertation développement économique SRDEII 2021

  • #Économie territoriale
  • #Développement d'entreprise
  • #Entreprise
L'accessibilité aux services et aux équipements

L'accessibilité aux services et aux équipements

  • #Économie territoriale
  • #Politique contractuelle
  • #Particulier
Le Café de l'espace, tiers-lieu en orbite haute

Le Café de l'espace, tiers-lieu en orbite haute

  • #Économie territoriale
  • #Économie culturelle
  • #Particulier
Le Vieux Relais d’Airvault, tiers-lieu et bar-restaurant

Le Vieux Relais d’Airvault, tiers-lieu et bar-restaurant

  • #Économie territoriale
  • #Politique contractuelle
La Nouvelle-Aquitaine, plus grande région de France

La Nouvelle-Aquitaine, plus grande région de France

  • #Économie territoriale
  • #Patrimoine et inventaire
  • #Tourisme
À Pons, un site industriel fédère les énergies

À Pons, un site industriel fédère les énergies

  • #Économie territoriale
  • #Particulier
Concertation développement économique SRDEII 2021

Concertation développement économique SRDEII 2021

  • #Économie territoriale
  • #Développement d'entreprise
  • #Entreprise
L'accessibilité aux services et aux équipements

L'accessibilité aux services et aux équipements

  • #Économie territoriale
  • #Politique contractuelle
  • #Particulier
Le Café de l'espace, tiers-lieu en orbite haute

Le Café de l'espace, tiers-lieu en orbite haute

  • #Économie territoriale
  • #Économie culturelle
  • #Particulier

Les coordonnées de la Région

Région Nouvelle-Aquitaine
Hôtel de Région 14, Rue François de Sourdis CS 81383 33077 Bordeaux Cedex 05 57 57 80 00
Région Nouvelle-Aquitaine
Maison de Poitiers 15, rue de l'Ancienne Comédie CS 70575 86021 Poitiers Cedex 05 49 55 77 00
Région Nouvelle-Aquitaine
Maison de Limoges 27, boulevard de la Corderie CS 3116 87031 Limoges Cedex 1 05 55 45 19 00