Aller au contenu principal
  1. Transition énergétique : réduisons la consommation d’énergie
Réduisons la consommation d’énergie © Région Nouvelle-Aquitaine / Françoise Roch

Transition énergétique : réduisons la consommation d’énergie

Afin de réduire de 30% les émissions de gaz à effet de serre, la Région Nouvelle-Aquitaine s’est fixée pour objectif de réduire de 30% la consommation énergétique de son territoire. Lors de la séance plénière du 10 avril 2017, les élus régionaux ont votés plusieurs délibérations en ce sens : accompagnement des entreprises énergo-intensives, partenariats avec les syndicats d’énergie ou encore renforcement de la démarche TEPOS.

Sommaire
  1. Entreprises énergo-intensives : premier contrat avec Tembec
  2. La Région et les 13 Syndicats d’électricité et d’énergie coordonnent leurs actions
  3. Des territoires à énergie positive

Entreprises énergo-intensives : premier contrat avec Tembec

Le terme « énergo-intensif » désigne des entreprises dont l’activité nécessite une consommation importante d’électricité et de gaz. Une cinquantaine de ces entreprises ont été identifiés en Nouvelle-Aquitaine. Il faut en effet savoir qu’en Nouvelle-Aquitaine, l’industrie représente près de 20% de la consommation énergétique.

Afin d’aider ces sites à réduire leur consommation, la Région propose un contrat d’objectif d’amélioration de l’efficacité énergétique avec un engagement durable sur plusieurs années. Ce contrat avec l’entreprise Tembec est le premier s’inscrivant dans ce cadre.

Ce genre de partenariats devra permettre aux industriels de s’engager dans la durée avec un objectif de réduction de leur consommation à terme. Les investissements réalisés par les industriels feront l’objet d’une instruction annuelle avant présentation en Commission permanente.

Tembec en mots et en image
L'entreprise Tembec est un des plus importants producteurs de cellulose de spécialités, raffinée à partir de la pâte de bois et utilisée dans la fabrication d’éthers de cellulose et de nitrocellulose, produits utilisés par les industries pharmaceutiques, alimentaires, de la cosmétiques et de la construction. Tembec (Tartas, 40) a été l’un des premiers à fournir la matière première principale des articles absorbants à usage unique répartis sur 4 marchés principaux : hygiène bébé, hygiène féminine, hygiène adulte et produits hospitaliers, essuyage et articles de table. L’entreprise se définit aujourd’hui comme une « bioraffinerie », partant d’une matière première bois pour arriver à la production de différentes molécules chimiques valorisées et l’usine de Tartas emploie aujourd’hui 320 personnes.

Quel partenariat entre Tembec et la Région Nouvelle-Aquitaine ?
Dans le cadre du contrat de partenariat pluriannuel proposé, Tembec s’engage à réduire sa consommation énergétique de plus de 15% minimum d'ici à 2020, et espère même aller au-delà et tendre vers l’objectif régional. Cette réduction des consommations d’énergie représente l’équivalent de la rénovation énergétique de plus de 10 000 logements. Tembec s’engage à maintenir la part d’énergie renouvelable au-dessus d’un niveau établi à 70%.

Dans le cadre de ce partenariat, plusieurs investissements ont été identifiés, dont les plus significatifs en termes de réduction de la consommation s’appuient sur la récupération de chaleur des fumées de la chaudière du site de Tartas. Cette chaleur pourrait ainsi être réutilisée pour du préchauffage de l'eau, pour du séchage de la biomasse et l’installation de serres à tomates.

Un comité de pilotage se réunira annuellement afin de suivre l’avancement du contrat de partenariat.

La performance énergétique, un facteur de compétitivité pour les industriels

En Nouvelle-Aquitaine, le secteur industriel représente 19% de la consommation énergétique.
Sur les 25 000 entreprises de production de la Région, on constate que 200 entreprises concentrent 70% de la consommation et seulement 50 entreprises en concentrent 50%. Stabilisée depuis les années 2000, la consommation énergétique a diminué à partir de 2008 en lien notamment avec la crise économique.

La Région et les 13 Syndicats d’électricité et d’énergie coordonnent leurs actions

La Région Nouvelle-Aquitaine et les 13 Syndicats départementaux d’Energie, Autorités Organisatrices de réseau public de distribution d’Electricité et de gaz (AOE), vont signer une convention pour coordonner l’action des différentes partenaires sur l’ensemble du territoire régional. Cette convention s’inscrit dans le cadre de la loi du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte (TECV).

Une convention pour une meilleure coordination
A travers cette convention, la Région Nouvelle-Aquitaine et les Syndicats d’électricité et d’énergie souhaitent assurer une meilleure coordination de l’action régionale auprès des territoires et mettre en œuvre certains objectifs de la loi de 2015.

Cette convention a pour objectif de préciser la collaboration entre les AOE et la Région Nouvelle-Aquitaine autour de trois axes prioritaires :

  • planification de la qualité des réseaux afin d’intégrer le développement des énergies renouvelables, et contribuer au développement de l’économie locale ;
  • déclinaison et mise en œuvre de la politique énergétique régionale : participation au volet Energie du SRADDET, à la rénovation énergétique des bâtiments (participation envisagée des Syndicats d’énergie à l’activité de la SEM ARTEE) ;
  • soutien à l’innovation au travers notamment le développement des smart grids et des solutions de stockage.

La Région et les 13 AOE vont plus particulièrement coopérer autour de ces objectifs concrets :

  • amélioration de la qualité de desserte électrique et gaz ;
  • rénovation énergétique du bâti, des logements ;
  • développement de sources de production d’énergies renouvelables (éolien, solaire, biométhane, hydrogène, hydraulique…) ;
  • services de flexibilité électrique et « smart grids » ;
  • constitution d’un réseau de bornes de charges pour véhicules électriques ;
  • création de stations-service gaz naturel véhicule (GNV) et bio-GNV ;
  • achats publics d’électricité, gaz ou autres ;
  • échanges de données dans le domaine de l’énergie ;
  • animation de la politique énergétique ;
  • réflexion sur la précarité énergétique.
Une convention de partenariat Région - Syndicats d'énergie
Une convention de partenariat Région - Syndicats d'énergie © Région Nouvelle-Aquitaine / Virginie Poiblanc
Les Syndicats d’électricité et d’énergie, qu’est-ce que c’est ?

Les syndicats départementaux et d’électricité et d’énergie sont les autorités organisatrices de la distribution d’électricité et de gaz (AOE). En tant qu’autorités concédantes, ces organismes de coopération intercommunale exercent un contrôle du bon accomplissement des missions de service public et assurent le contrôle de l’état des réseaux publics de distribution. Les AOE organisent et exercent le contrôle de la bonne exécution des contrats de concession, favorisent la programmation pluriannuelle des travaux avec l'ensemble des concessionnaires et assurent une meilleure coordination dans l'étude et la réalisation des travaux entre tous les intervenants.

L’énergie en Nouvelle-Aquitaine

La part des énergies renouvelables dans la consommation finale de la Nouvelle-Aquitaine est de 19,7%, ce qui en fait une des premières régions françaises. La production d’énergie renouvelable s’appuie principalement sur le Bois énergie (industrie, tertiaire et ménages), l’hydroélectricité et le solaire photovoltaïque qui représentent plus de 80% de cette production d’énergie renouvelable. La région est la première pour la production d’électricité renouvelable avec notamment plus de 1 594 MWc de solaire photovoltaïque installés. Enfin au regard de ses activités agricoles et agroalimentaires, elle possède un fort potentiel de développement de la méthanisation.

Forte de 5 814 954 habitants, la Région se caractérise par 200 000 km de réseaux électriques et 11 500 km de réseaux Gaz Naturel. On dénombre notamment 600 000 points lumineux d’éclairage public.

L’activité des syndicats d’énergies de la Région génère 2 500 emplois pour 300 millions d’euros investis annuellement.

Des territoires à énergie positive

Une politique en faveur des TEPOS
Une politique en faveur des TEPOS © Région Nouvelle-Aquitaine / Virginie Poiblanc

L’objectif des Territoires à Energie POSitive ou TEPOS repose sur un triple programme d’actions avec une volonté de cibler les communautés de communes rurales, particulièrement touchées par la précarité énergétique :

  • maîtrise de l’énergie ;
  • amélioration de l’efficacité énergétique ;
  • développement des énergies renouvelables tendant vers 100% de la consommation.

Les territoires engagés dans cette démarche expérimentent de nouvelles solutions techniques, financières et organisationnelles afin de réduire leurs besoins énergétiques au maximum et couvrir les besoins restants par la production d’énergies renouvelables locales.

Un objectif ambitieux de réduction de gaz à effet de serre et des consommations énergétiques
A l’horizon 2020/2021, la Région se fixe d’atteindre une diminution de 30% des gaz à effet de serre et des consommations énergétiques et une part d’énergie renouvelable de 32% dans la consommation finale. Ces objectifs, elle ne les atteindra pas seule, cela nécessite la mobilisation des territoires.

Suite au lancement d’appels à projets (en 2012 en ex-Aquitaine et en 2014 en ex-Poitou-Charentes), la Région Nouvelle-Aquitaine, en partenariat avec l’ADEME, souhaite poursuivre son accompagnement des collectivités volontaires engagées dans une démarche de TEPOS.

12 nouveaux TEPOS
La Région et l’ADEME souhaitent recruter et accompagner 12 nouveaux territoires à l’échelle de la Nouvelle-Aquitaine. Les territoires principalement ciblés sont les intercommunalités : 2 territoires de plus de 100 000 habitants et 10 territoires inférieurs à 100 000 habitants avec une priorité donnée aux territoires ruraux de moins de 50 000 habitants.

Cet accompagnement repose sur 5 principes :

  • réduire les consommations énergétiques locales tout en répondant aux besoins de la population ;
  • limiter la dépendance aux ressources énergétiques extérieures (pétrole, gaz...) ;
  • adapter les réseaux de transport-stockage-distribution d'énergie ;
  • mettre en place, pour et avec les habitants, une véritable démocratie énergétique locale ;
  • se doter des compétences indispensables et des outils adéquats pour la mise en œuvre d’une politique énergétique territoriale ambitieuse.
Les TEPOS, qu’est-ce que c’est ?

Les TEPOS sont des territoires « dont les besoins d’énergie ont été réduits au maximum et sont couverts par les énergies renouvelables locales, selon les 3 principes de la démarche NégaWatt (sobriété énergétique, efficacité énergétique et énergies renouvelables) » et « qui adoptent des approches spécifiques répondant à de nombreux autres enjeux (économiques, sociaux, démocratiques et environnementaux) en faveur d’un authentique développement durable » (définition donnée par le Comité de liaison des énergies renouvelables - CLER).
Ces territoires pionniers de la transition énergétique expérimentent ainsi de nouvelles solutions techniques, financières et organisationnelles tout en généralisant les solutions matures d’efficacité énergétique et d’énergies renouvelables.

Fort de ses actuels 9 TEPOS, la Région va poursuivre leur accompagnement et leur mise en réseau :