Aller au contenu principal
  1. Silver économie : la feuille de route du « bien vieillir »
La feuille de route de la silver économie © unsplash

Silver économie : la feuille de route du « bien vieillir »

Avec 28% de sa population âgée de 60 ans ou plus, et qui devrait atteindre 35% en 2040, la Région Nouvelle-Aquitaine relève le défi du « bien vieillir » et vote sa feuille de route de la silver économie.

La région Nouvelle-Aquitaine est particulièrement concernée par le vieillissement de la population. 28% de la population est âgée de 60 ans ou plus. Cette proportion devrait atteindre 35% en 2040, soit 740 000 seniors supplémentaires. La Région présente de surcroit des situations contrastées issues des phénomènes de déprise médicale et sociale à l’est et de littoralisation à l’ouest.

En votant sa feuille de route lors de la séance plénière du 25 juin 2018, les élus régionaux fixent un cadre politique autour de 3 grands chantiers :

Sommaire
  1. Innover en silver économie
  2. Aider au bien vieillir
  3. Penser global, agir local

Innover en silver économie

Dans le domaine du vieillissement de la population l’innovation doit être utile (utilité sociale) et accessible (les personnes âgées étant relativement impactées par la réduction de leurs ressources financières). Ce chantier est articulé autour de 3 priorités stratégiques :

  • rendre l’innovation possible grâce à la recherche et à la structuration des filières économiques :

La Région soutient la recherche dans différents champs (prise en charge des personnes âgées, prévention, technologies clés pour développer des produits).

> La Région propose en ce sens la constitution d’un gérontopôle à l’échelle Nouvelle-Aquitaine – Euskadi – Navarre. A l’initiative de cliniciens enseignants-chercheurs, cliniciens chercheurs, et enseignants-chercheurs de l’Eurorégion, ce gérontopôle a pour ambition d’associer des chercheurs, des enseignants, les institutions et collectivités locales concernées par la problématique, des établissements de soins, des structures d’hébergement comme des résidences autonomie, des living-labs, de l’Agence de développement et d’innovation, des organismes d’aide à domicile, et des acteurs économiques.

> La chaire partenariale Sport – Santé – Bien être pourra être étendue à l’ensemble du territoire : fédérée autour de six facultés et quatorze laboratoires de recherche issus de domaines très complémentaires, cette chaire apporte une réponse interdisciplinaire aux enjeux socioéconomiques et politiques de la silver économie du territoire.

> La Région apporte son soutien aux filières par la constitution d’un cluster silver économie qui permettra de faciliter l’animation des 6 filières identifiées comme prioritaires : santé et médico-social, autonomie et maintien à domicile, habitat et urbanisme, prévention et bien vieillir et tourisme de santé, transports et mobilités adaptés, transversalité.

  • rendre l’innovation utile et universelle :

La stratégie industrielle en silver économie, notamment pour le déploiement des silver technologies, nécessite d’intégrer une dimension d'usage. Placer l’usager au centre du processus d’innovation signifie écouter les besoins des personnes vieillissantes et garantir la qualité des produits qui leur sont adressés.

> L’évaluation des bénéfices des innovations technologiques et organisationnelles doit être renforcée au bénéfice des personnes les plus fragiles. La Région souhaite valoriser les innovations dans la silver économie en développant une expertise forte dans l’évaluation, l’usage et la qualité de l’offre. Pour cela elle s’appuie et finance des outils clés, tels que les living lab (comme Autonomlab) et les centres de ressources et d’expertise (comme Calyxis, Le Centre…).

> La Région souhaite également encourager les entreprises industrielles à recourir au design pour la conception de leurs produits et plus largement dans la définition de leur stratégie : innover dans la conception d’objets esthétiques, fonctionnels et évolutifs, innover dans le marketing, faciliter la mise en œuvre de circuits de distribution.

> L’artisanat doit être reconnu comme véritable acteur de la santé et de l’autonomie des personnes. En effet, l’adaptation du domicile à l’avancée en âge nécessite des modifications du mobilier et des aménagements intérieurs (électricité, largeurs de portes…), répondant à des normes nouvelles. Il devient indispensable de former et d’équiper les artisans, premiers interlocuteurs des usagers (exemple : installer une barre de relevage). Cet enjeu de développement des entreprises artisanales (montée en compétences et croissance du marché potentiel) passe par le soutien au CNISAM (Centre National d’Innovation Santé, Autonomie et Métiers)  afin d’accompagner les entreprises artisanales à répondre aux besoins d’une clientèle âgée et/ou handicapée.

  • rendre l’innovation accessible :

> De nombreuses expérimentations de services destinées aux personnes âgées ne sont pas déployées malgré leur utilité, faute de modèle économique éprouvé. Afin que ces biens et services soient accessibles au plus grand nombre et soient sources de revenus pour les entreprises, il faut trouver de nouveaux modèles économiques. Pour répondre à cette problématique, la Région assurera le financement de recherches et d’expérimentations dans la création de nouveaux modèles économiques et la mise en place d’un groupe de travail, composé de mutuelles, conférence des financeurs, caisse de retraite, bailleurs sociaux.

> Les innovations posent la question de l’éthique de leurs usages. Elles ne doivent pas porter atteinte à la dignité, aux droits et à la liberté des personnes. Il faut donc mettre en place une démarche sociale et éthique. Par ailleurs, les biens et les services de la silver économie se situent à la frontière entre objets commerciaux et produits de santé. A ce titre, ils doivent présenter des qualités de respect de la diversité des situations et des choix des personnes (ex : systèmes de surveillance et d’alerte). La Région propose une démarche de conception partenariale des produits avec les usagers et les aidants, une charte commune défendant les valeurs et principes du secteur de la silver économie (éthique, égalité d’accès à la santé et aux produits, solidarité, inclusion, respect…), et la mise en place d’outils de communication co-construits.

Aider au bien vieillir

Afin d’aider au bien vieillir, la Région peut agir sur deux leviers : la valorisation des métiers de l’autonomie et l’accompagnement au vieillissement actif.

Feuille de route silver économie
Feuille de route silver économie © Rawpixel
  • valoriser les métiers de l’autonomie : qualité, reconnaissance et évolution dans l’emploi.

Un enjeu essentiel de la feuille de route silver économie est le développement d’un emploi qualifié pour mieux prendre en charge les usagers, améliorer les conditions de travail des salariés et rendre attractif le métier.

> valoriser les métiers de l’aide à domicile en véhiculant une image positive des métiers de l’aide à domicile, en encourageant les initiatives de promotion du métier (type rallye des métiers du domicile proposé par AutonomLab) et en créant du lien entre formation et vie professionnelle (tutorat) afin de permettre une meilleure connaissance du métier.

> adapter la formation initiale : diversité des qualifications, adaptation des formations et des compétences aux nouveaux contextes (numérique, objets connectés, robotique). La Région, en partenariat avec le Rectorat, mettra en place un campus des métiers de l’aide à la personne sur l’ensemble de la Région. Le premier site sera ouvert à Thiviers.

> maintenir l’emploi des personnes formées et prévoir l’évolution professionnelle : un travail est à engager avec les organismes de tutelles, les centre de formations, les employeurs du secteur et les OPCA afin d’adapter les formations aux métiers (développer des passerelles entre les formations, élargir l’offre de formation, développer de nouvelles compétences en adaptant les métiers aux enjeux de l’allongement de la vie). Il faut également répondre aux difficultés rencontrées par les employeurs et employés, comme l’isolement, le travail d’équipe, la mobilité…

> former les encadrants et les employeurs. Par exemple, placer les employeurs des structures d’aide à domicile dans une perspective de lean management en adaptant aux entreprises de services les principes de l’action régionale « Usine du Futur ».

 

  • permettre un vieillissement actif et accompagné :

La Région souhaite impliquer les personnes âgées dans des activités de prévention/santé, avec un double bénéfice : sur la santé et sur la préservation du lien social, pour retarder la perte d’autonomie.

Les seniors et le sport
Les seniors et le sport © Rawpixel

La Région préconise une activité physique adaptée au travers de son Plan Régional Sport Santé Bien Etre 2018-2024 (promotion d’un mode de vie physiquement actif dès le plus jeune âge, développement des environnements favorables à un mode de vie physiquement actif, préservation pour tous de l’autonomie et de l’espérance de vie en bonne santé, développement des ressources territoriales sport santé bien être).

Face aux problématiques de dénutrition des personnes âgées et des conséquences sur leur organisme tant sur le plan physique que mental, la Région souhaite soutenir des projets proposant un accompagnement de qualité des personnes âgées en termes de nutrition, d’alimentation et restauration collective …

La Région complétera son action grâce au Plan thermal régional 2018 – 2022.

Par ailleurs, afin de maintenir les personnes âgées à domicile, la Région soutient les initiatives en faveur d’un appui aux aidants : mise en place de solutions permettant des temps de répits pour les aidants, comme l’accueil de jour des personnes âgées, et mise en réseau des aidants pour favoriser les échanges entre pairs et l’organisation d’un  soutien psychologique. Elle s’attache également à maintenir le lien social et à rompre l’isolement (mise en relation de proximité pour prévenir ou lutter contre l’isolement et le repli sur soi et combinaison outils numériques/appui humain).

Penser global, agir local

La Région Nouvelle-Aquitaine propose d’organiser le pilotage d’une politique de développement économique en concertation avec l’Etat, les Départements, les collectivités locales, les usagers et l’ensemble des acteurs engagés dans la démarche. Il s’agit d’articuler les politiques publiques de l’autonomie avec les grandes initiatives d’offres de produits et services issus des filières industrielles régionales.

La feuille de route silver économie sera donc organisée autour de plusieurs instances, pour une organisation opérationnelle :

  • un comité de pilotage décisionnel de la feuille de route ;
  • un comité d’orientation ou comité stratégique d’animation de la feuille de route, regroupant les entreprises, les institutions, les collectivités locales, des représentants des usagers, des associations, les living’labs … ;
  • un comité d’éthique ;
  • des filières économiques rassemblant, sous forme thématiques, les entreprises, institutions et acteurs économiques de Nouvelle-Aquitaine.

Dans ce cadre, la Région propose une approche territoriale, avec l’animation d’un réseau de référents Silver territoriaux et l’articulation avec la politique contractuelle régionale (les diagnostics de territoires de la DATAR, et les contrats de territoires qui en découlent permettent de faire émerger les projets de silver économie).

Pour aller plus loin, la Région Nouvelle-Aquitaine s’engage dans des collaborations européennes et internationales. Les objectifs étant de partager les enjeux du marché de la silver économie à l’international et de poursuivre la démarche de partage des bonnes pratiques.

Concrètement, des propositions ont émergé d’ateliers de travail :

  • création d’une journée d’information sur les financements européens et la silver économie ;
  • création d’une vitrine digitale de compétences (cartographie des entreprises et des compétences du territoire en silver économie, connaissance des outils existants et des organismes ressources en termes d’accès au marché international pour les acteurs de la silver économie, mise en réseau des acteurs) ;
  • application des outils de coopération internationale au marché de la silver économie.

La Région a identifié des actions qui permettront d’échanger les bonnes pratiques :

  • participer à des projets européens afin de créer un  environnement favorable et des opportunités d’échanges de bonnes pratiques avec d’autres régions européennes ;
  • participer au Partenariat Européen d’innovation pour un vieillissement actif et en bonne santé ;
  • poursuive le projet européen de « site de référence en silver économie ». En 2016 la Région Nouvelle Aquitaine a obtenu le Label « Site de Référence en matière de vieillissement actif et en bonne santé ». Il lui permet d’être reconnu au niveau européen en tant qu’écosystème de référence d’acteurs (autorités régionales et locales, hôpitaux ou organisations de soins intégrés, industries et PME) qui collaborent pour la mise en place d’une approche globale et innovante dans le domaine du vieillissement actif et en bonne santé.
Comment définit-on la silver économie ?

La silver économie est l’ensemble des activités économiques et industrielles qui bénéficient aux séniors. La politique régionale en la matière cible donc les personnes autonomes, les personnes fragilisées et les personnes en grande fragilité.
C’est une filière qu’il faut organiser et structurer, de manière à regrouper et fédérer toutes les entreprises agissant pour ou avec les personnes âgées. Nous souhaitons donner à nos entreprises les moyens d’imaginer, de développer et de distribuer des produits et des services qui serviront l’autonomie des âgés de demain, en France et dans le monde.