Aller au contenu principal
  1. Sauver les chauves-souris
Grand rhinolophe © Maxime Leuchtmann - NA nature environnement

Sauver les chauves-souris

Les populations de chauves-souris sont plus que jamais fragilisées par l’activité humaine. L’association France nature environnement (FNE) Nouvelle-Aquitaine est chargée de l’élaboration d’un plan régional d’actions pour leur préservation.

Une population protégée

Sur les 34 espèces de chauves-souris identifiées en France, 27 sont présentes en Nouvelle-Aquitaine. Certaines d’entre elles y sont particulièrement représentées, comme le grand rhinolophe pour lequel la région possède 20 % des populations françaises de France. « La Nouvelle-Aquitaine joue un rôle important dans la protection de l'espèce au niveau national » explique Bruno Fillon, coordinateur à Poitou-Charentes Nature, membre de FNE Nouvelle-Aquitaine.

Tous les chiroptères (le nom scientifique des chauves-souris) de France métropolitaine sont protégés depuis 1981. Seize espèces sont même inscrites sur la liste rouge des espèces menacées en France établie par l’Union internationale pour la conservation de la nature : 1 espèce est classée en « danger critique », 1 est considérée « en danger », 6 sont considérées comme « vulnérables » et 8 sont « quasi menacées ».

Des plans d’actions nationaux

Les premiers plans nationaux d'actions pour les chiroptères ont été élaborés dès 1999 pour développer un programme d'action en leur faveur devant les menaces les concernant. Le premier objectif vise à l’amélioration des connaissances, et à l’information des personnes concernées par la présence de chiroptères et la sensibilisation du public. Le troisième Plan national d'actions 2016-2025, s’appuie sur les acquis des deux précédents plans et insiste particulièrement sur la prise en compte des chiroptères dans les aménagements et les politiques publiques.

« Le plan régional que produit actuellement FNE NA constitue une déclinaison du plan national en tenant compte des enjeux propres au territoire » explique Bruno Fillon. « L’objectif est de disposer au niveau de la Nouvelle-Aquitaine d'un cadre pour agir concrètement en faveur des chiroptères.» Le plan a pour objet de décliner de manière adaptée les actions du plan national au niveau de la Nouvelle-Aquitaine, avec l'originalité de l'organiser selon les particularités des territoires et des acteurs. Il vise aussi à assembler tous les acteurs qui interviennent dans la connaissance et la protection des chauves-souris pour s'organiser de manière cohérente pour la conservation des chauves-souris en Nouvelle-Aquitaine.

Le plan régional d'actions (PRA) en faveur des chiroptères en Nouvelle-Aquitaine bénéficie du soutien de la Région et de l'Etat. Il permettra en outre de faciliter l'échange et la diffusion des connaissances au niveau de la grande région. Le bilan des derniers inventaires et des résultats du dernier plan laisse des incertitudes sur le devenir de plusieurs espèces. Si quelques espèces voient leur population augmenter, d’autres sont en diminution, comme le minioptère de Schreibers et la pipistrelle commune. Le bilan global suscite la vigilance et l'action, car « les effectifs ne sont pas revenus au niveau de ceux des années 1950-1960, période à laquelle un effondrement des populations s’est produit » relate le plan national d’actions. « Il y a parfois des populations qui évoluent à la baisse sans qu’on sache pourquoi » complètent les coordinateurs techniques du programme.

Mieux connaître les chiroptères

L’état des connaissances sur les comportements des chiroptères reste aussi largement à compléter. « Le dernier programme de recherche régional sur le grand rhinolophe permet de découvrir qu’une chauve-souris est capable de faire 120 km en une nuit. Nous apprenons beaucoup sur les échanges entre colonies ou les déplacements pour se nourrir – ils se nourrissent de plus de 40 espèces d’insectes. En Poitou-Charentes, il a été établi que les grands rhinolophes partagent le même profil génétique dans toutes les colonies répertoriées ».

Que ce soit l’intensification des espaces agricoles, la pollution lumineuse, les destructions d’habitats, la perturbation des voies de vols, les maladies ou les contaminations chimiques, les facteurs contribuant à la diminution des populations sont nombreux. L’action pour les rendre compatibles est d’autant plus difficile en raison de la multiplicité des acteurs concernés. « Les chauves-souris sont pourtant des auxiliaires précieux, notamment pour leurs prélèvements en insectes lors de leurs chasses nocturnes » rappelle Bruno Fillon.

Des actions dans la durée

La mise en cohérence des différents modes de gestion et d'aménagements du territoire constitue également un des enjeux du PRA. « Par exemple, dans les massifs forestiers, la préservation des bois morts où les chauves-souris trouvent gîte et nourriture est une nécessité… qui rentre en contradiction avec les recommandations des bois du label PEFC pour la gestion durable des forêts où l’enlèvement des bois morts est justement recommandé. Ici, l’enjeu du plan sera de trouver des solutions en accord avec les professionnels. »

Le plan court sur 10 ans à l’échelle nationale pour permettre de conduire des actions dans la durée. La première rédaction du plan pour la Nouvelle-Aquitaine est prévue pour fin mars 2018. Puis FNE NA, avec l'appui d'un comité de pilotage réunissant différents acteurs, amendera cette première version pour aboutir à sa publication, afin d'engager par la suite, à partir de 2018, son application pour agir concrètement en faveur des chauves–souris en Nouvelle Aquitaine sur la base d'un plan régional adapté et ambitieux.

France Nature Environnement Nouvelle-Aquitaine

Les trois fédérations des ex-régions (Poitou- Charentes nature, Limousin nature environnement, SEPANSO Aquitaine) ont décidé de s'unir, de rassembler les connaissances de leurs territoires et leurs compétences pour porter la voix de tous les défenseurs de la nature. Conscientes qu'elles partageaient des valeurs communes, malgré leurs différences dans les missions exercées et dans leur mode de fonctionnement, elles ont créé début 2016 la confédération FNE Nouvelle-Aquitaine.

Parmi les 200 associations locales fédérées par FNE Nouvelle-Aquitaine, le Groupe mammalogique et herpétologique du Limousin (GMHL), Nature environnement 17 et le Groupe chiroptères Aquitaine, qui ont chacun coordonné les précédents PRA pour les chiroptères sur leurs territoires respectifs, assurent conjointement la rédaction de cette troisième version avec d’autres partenaires. Pour mieux travailler avec l’ensemble des acteurs à l’échelle de la grande région, FNE Nouvelle-Aquitaine va bientôt se doter d’une coordonnatrice.