Aller au contenu principal
  1. Un règlement d'intervention harmonisé pour la mobilité internationale des jeunes
Mobilités © rawpixel.com

Un règlement d'intervention harmonisé pour la mobilité internationale des jeunes

Un nouveau règlement d'intervention portant sur le soutien à la mobilité internationale des jeunes a été voté par les élus régionaux lors de la Séance plénière du 18 et 19 décembre 2017. Il permet de passer de 41 dispositifs dans les anciennes régions à un règlement unique autour d'un objectif principal : la justice sociale pour accéder à la mobilité internationale pour tous les jeunes de Nouvelle-Aquitaine.

Le 24 octobre 2016, la feuille de route "mobilité internationale" étant lancée par les élus régionaux. Un an plus tard, un nouveau règlement d'intervention harmonisé prend en compte et décline les 4 principes qui ont été actés pour servir de cadre aux actions régionales en matière de mobilité internationale : 

  • Equité : pour que tous les jeunes soient pris en compte de façon similaire quel que soit leur statut
  • Lisibilité : simplification des dispositifs et mise en cohérence des niveaux d’aide.
  • Cohérence : pour que la Région porte une vision stratégique et transversale de la mobilité internationale, en complémentarité et en cohérence avec les dispositifs existants par ailleurs. 
  • Expérimentation et innovation: afin de promouvoir l’attractivité du territoire, la Région soutiendra des initiatives innovantes et/ou expérimentales des jeunes ou d’acteurs de la mobilité. 

La Région a ainsi réaffirmé sa conviction que la mobilité européenne et internationale est indispensable pour :
- renforcer l’autonomie et l’adaptabilité et l’employabilité des jeunes pour faciliter leur insertion sur le marché de l’emploi, quel que soit leur statut, en apportant une attention particulière à ceux qui ont le moins d’opportunité.
- développer la citoyenneté et l’ouverture européenne et internationale des jeunes du territoire en assumant pleinement la contribution d’une grande Région française au projet européen.
- développer l’attractivité du territoire régional et le rayonnement de ses acteurs à l’international, permettant ainsi la modernisation et l’adaptation des systèmes de formation par les retours d’expériences des jeunes.
- rapprocher les acteurs de la formation, de la jeunesse et du monde économique (formation, compétences, recherche…)
 

Avec ce nouveau règlement d'intervention, la Région Nouvelle-Aquitaine soutient :

  • des actions sur son territoire qui permettent aux jeunes de développer des compétences en termes d’apprentissage interculturel, linguistique et citoyen. Il s’agit d’étendre des politiques telles que le soutien à la programmation de chantiers internationaux de jeunes bénévoles, à l’organisation de séminaires et d’échanges de jeunes. 
  • les acteurs qui souhaitent organiser des mobilités non formelles à l’étranger avec des jeunes du territoire : participation à des échanges de jeunes, des séminaires, des chantiers de solidarité internationale ;
  • l’engagement des jeunes eux-mêmes lorsqu’ils participent à un service volontaire européen.
  • les séjours d’études et les stages professionnels à l’étranger quel que soit le statut du jeune. 

Le dispositif concerne les lycéens, apprentis, étudiants, stagiaires de la formation professionnelle et apprenants du secteur sanitaire et social peuvent faire valoir la mobilité internationale :

> Les publics en cours de formation

  • Stages à l’étranger - public infra bac
  • Stages à l’étranger - public post-bac
  • Séjours d’études  à l’étranger - public post bac
  • Mobilité étudiante entrante
  • Stages à l’étranger - Erasmus+

> Les publics hors formation

  • Stages à l’étranger pour jeunes demandeurs d’emploi
  • Chantiers internationaux de jeunes bénévoles
  • Volontariat et échanges internationaux
Mobilité internationale des jeunes Agrandir l'image
Mobilité internationale des jeunes © DR
Mobilité internationale des jeunes Agrandir l'image
Mobilité internationale des jeunes © DR
Budget

Un budget de 10,6 millions d’euros est affecté pour 2018 à l’ensemble de ces dispositifs. Il correspond à l’agrégation des budgets des 3 anciens territoires sur cette thématique et concerne environ 10 600 bénéficiaires.