Aller au contenu principal
  1. La Région teste un car au bioéthanol
bioethanol © ©

La Région teste un car au bioéthanol

Ce mardi 21 novembre 2017, le Président Alain Rousset a inauguré la première ligne de car roulant au bioéthanol. Une expérimentation menée par la Région Nouvelle-Aquitaine - en partenariat avec Citram Aquitaine, Scania et Raisinor France - qui permet de poursuivre son engagement en faveur du développement durable et des énergies renouvelables

« Nous devons accélérer la transition à une énergie non fossile et durable avec la pile à combustible, le biogaz ou encore le bioéthanol. Pour ce carburant, il y a des gisements très importants en Nouvelle-Aquitaine grâce à l’activité viticole », rappelle Alain Rousset aux acteurs locaux et aux élus, réunis au dépôt de bus Citram Aquitaine de Bassens, ce 21 novembre à l’occasion de l’inauguration du premier car fonctionnant au bioéthanol.
Cette expérimentation unique est initiée en Nouvelle-Aquitaine sur la ligne 201 du réseau TransGironde entre Bordeaux, Saint-André de Cubzac et Blaye. Un carburant qui a nécessité la construction d’un nouveau type de bus par l’entreprise Scania.

Une technologie nouvelle pour les cars

Le constructeur a dû adapter des cars pour recevoir ce carburant très spécifique (voir encadré). Scania est le seul fabriquant en Europe à avoir équipé des cars avec des moteurs à allumage par compression, permettant cette expérimentation au bioéthanol (ED95),

Une économie circulaire

Pour mener à bien ce test, il ne manquait plus qu’à trouver un producteur de bioéthanol : Raisinor France. Première entreprise européenne de collecte d’éthanol, pour le secteur énergétique, à partir de résidus végétaux, elle est implantée en Gironde sur la commune de Coutras. C’est cette distillerie régionale qui fournit aujourd’hui l’ED95 pour le car utilisé sur la ligne 201 par Citram Aquitaine.
La distillerie produit cet ED95 grâce un procédé de fermentation industrielle permettant la transformation du sucre de marcs de raisin en alcool. L’éthanol ainsi produit (l’alcool brut) est distillé puis déshydraté pour obtenir le bioéthanol.
Une production en circuit court dans notre région viticole qui est un pas de plus vers le développement de l’économie circulaire.
Cette fabrication permet aussi réduire les déchets de la production viticole.

Réduction des gaz à effet de serre

En outre, ce biocarburant réduit de manière considérable la pollution liée au transport. En effet, on observe une réduction de 85 % des émissions de gaz à effet de serre et de 50 % d’oxyde d’azote (Nox) et de 70% des particules fines par rapport au diesel fossile.

Pour ces premiers jours d’expérimentation sur la ligne TransGironde, les retours des usagers et des conducteurs sont prometteurs. « C’est un service public, il doit donc satisfaire les usagers », a conclu Alain Rousset après avoir testé le transport dans ce car innovant.

Le Bioéthanol, un carburant d’avenir

Biocarburant, le bioéthanol est produit à partir de matières végétales dont les sucres sont transformés en éthanol par fermentation.
L’ED95 utilisé dans cette expérimentation possède 95% de bioéthanol auquel est ajouté 5% d’additif non pétrolier permettant à ce biocarburant de diminuer considérablement l’émission de particules fines et de gaz à effets de serre dans l’atmosphère.
En tant que carburant, il représente des avantages sur ses concurrents : procédé de fabrication plus simple, distribution et stockage facilités, pas d’évaporation ou de gel.