Aller au contenu principal
  1. La Région s'engage pour l'agriculture biologique
Agriculture ©

La Région s'engage pour l'agriculture biologique

Réunis en Assemblée plénière ce 26 juin, les élus de Nouvelle-Aquitaine ont fixé un objectif clair et ambitieux pour la région : 10% de la surface agricole utile (SAU) en conversion biologique. Le pacte voté doit permettre de mieux répondre à la demande des consommateurs en suivant trois axes de travail : une meilleure organisation, des aides ciblées, une approche globale. 

Sommaire
  1. Organiser la filière
  2. Proposer des aides ciblées
  3. Favoriser une approche globale

Organiser la filière

Les avantages de l'agriculture biologiques sont connus : qualité de l’eau, biodiversité, bien-être animal, et création d'emplois. C’est pourquoi la Région et ses partenaires se fixent l’objectif d’atteindre 70 000 hectares supplémentaires en conversion d'ici 2020. Avec un accompagnement renforcé, l’ambition est d’atteindre 10 % de la surface agricole utile dédiée en 2020, soit un doublement par rapport à 2017 et 20% à l’horizon de la future politique agricole commune (2027).  
Face à ces augmentations historiques des surfaces et des volumes produits, l’enjeu de structuration est encore plus fort. La Région et l’État accompagneront toute la profession pour accroître la valeur ajoutée et atteindre 1,2 milliards d’euros de chiffre d’affaires à l’horizon 2020.  

Proposer des aides ciblées

En accord avec l’État et les Agences de l’eau et après avis de la coopérative régionale d’agriculture biologique, la Région adopte les modalités suivantes pour l’accompagnement de la Bio : 

  • Aides à la conversion : 18000 euros par exploitation et par an. Ce montant sera porté à 21.000 € pour les nouveaux installés et à 20.000 € en zone "à enjeu eau."
  • Aides au Maintien : 10000 euros par exploitation et par an pour les agriculteurs ayant 100% de leur Surface Agricole Utile en Bio ou situés dans les zones à enjeu eau. 1.500 €/exploitation/an pour les autres.

La Région pilote également aux côtés de l’État de nombreux dispositifs d’aides aux investissements dans les exploitations. Ces outils sont structurants dans la politique de la Région et visent à l’atteinte de la triple performance économique, sociale et environnementale des entreprises agricoles. Lors de la sélection des dossiers de demande d’aide aux investissements, la Région et l’État s’engagent à favoriser la sélection des dossiers déposés par des exploitants en agriculture biologique.

 

 

Favoriser une approche globale

Ce pacte d’ambition régionale se veut transversal. Il se traduit par : 

  • Le soutien aux Industries agro-alimentaires volontaires : les entreprises transformant des produits issus de l’agriculture biologique régionale seront soutenues prioritairement par la Région dans le cadre de leurs projets d’investissement. 
  • Un plan d’approvisionnement des cantines des lycées en produits issus de l’agriculture biologique. Le but est d’approvisionner la restauration scolaire en produits locaux, de proximité et de qualité à 60% d’ici 2021, dont 20% en produits bio. En collaboration avec d’autres collectivités territoriales, les filières agricoles et notamment les filières issues de l’agriculture biologique se sont structurées de façon à répondre à la demande de la restauration collective. Des partenariats avec l’ensemble des acteurs des filières ont été noués et des plateformes d’approvisionnement ont été développées.  
Agriculture Biologique en Nouvelle-Aquitaine : les chiffres
Agriculture Biologique en Nouvelle-Aquitaine : les chiffres © Région Nouvelle-Aquitaine
4700 agriculteurs bio en Nouvelle-Aquitaine

La Région Nouvelle-Aquitaine est un poids lourd de l’agriculture biologique : elle occupe la troisième marche du podium des régions de France que ce soit en surface, en nombre d’exploitations ou en opérateurs de l’aval. 
Tirée par une croissance à deux chiffres de la consommation et forte du soutien des pouvoirs publics, l’agriculture biologique s’est fortement développée en Nouvelle-Aquitaine. En l’espace de 20 ans, elle a conquis, fin 2016, près de 5 % de la SAU régionale (188 867 ha) et environ 6 % des producteurs (4 700 producteurs). Depuis 2015 et l’entrée en vigueur de la nouvelle programmation du Fonds européen pour l’agriculture et le développement rural (FEADER), l’augmentation des surfaces en conversion à l’agriculture biologique connait une hausse historique de près de 37 % en 2 ans.