Aller au contenu principal
  1. La Région choisit son nom : Nouvelle-Aquitaine

La Région choisit son nom : Nouvelle-Aquitaine

Réunis en séance plénière à Bordeaux, les élus régionaux ont adopté lundi 27 juin 2016 le vœu de nommer la région : Nouvelle-Aquitaine. Ce nom sera dans l’immédiat enrichi de la signature Aquitaine Limousin Poitou-Charentes. Une façon de souligner les identités constitutives de ce nouvel ensemble.

« Le changement de nom est un acte fondateur. Nous nous appelons désormais « Nouvelle-Aquitaine » et à nous tous, ensemble, de lui faire honneur », a commenté Alain Rousset, président du Conseil régional, solennel, à l’issue du vote favorable à cette proposition de nouveau nom (à l’exception de 5 abstentions et 11 votes contre). C’est la dernière Région à se prononcer sur sa dénomination.

Anne-Marie Cocula – chargée de proposer un nom pour la Région au terme d’une longue réflexion et concertation – présentait les conclusions de son rapport devant les élus régionaux et a tenu à rassurer les habitants : « La nouvelle appellation ne va pas faire disparaitre les identités locales. ». Un point essentiel de la décision de ce matin, illustré par les propos du Président de Région : « En 40 ans de décentralisation, l’Aquitaine a-t-elle dissout les identités du Périgord ou du Pays basque par exemple ? ».

Le travail sur ce nouveau nom avait commencé il y a plus d’un an, avec le lancement d’une consultation citoyenne en ligne, qui a recueilli plus de 41 000 propositions. Un groupe d’experts a également été constitué autour d’Anne-Marie Cocula, laquelle est allée à la rencontre des citoyens dans les 12 départements de notre grande Région. Le fruit de ces divers travaux a abouti à un rapport remis la semaine dernière au président de Région, ainsi que la proposition formulée par Anne-Marie Cocula : « Nouvelle-Aquitaine ».

Au cours de la séance plénière de ce lundi 27 juin, les élus avaient préalablement émis un avis défavorable au projet de décret du Gouvernement fixant le nom « Aquitaine Limousin Poitou-Charentes ». C’est désormais au Conseil d’Etat de décider définitivement de la nouvelle appellation, avant le 1er octobre de cette année.

3 Questions à Anne Marie Cocula

Remise du rapport d'experts pour l'adoption d'un nouveau nom en Région
Remise du rapport © Guillaume Bonnaud

Le choix du nom était-il fait d’avance ?

Non, il était absolument nécessaire de faire concourir des énergies multiples pour arriver à une dénomination. C’est compliqué de réunir 3 anciennes régions auparavant autonomes.  Nous avons voulu prendre le temps d’un long processus d’écoute et de partage.
Nous aurions pu conserver le nom d’Aquitaine Limousin Poitou-Charentes, c’était possible et légal mais l’habitude c’est de faire des raccourcis ou d’utiliser des acronymes assez peu compréhensibles. Nous avions l’expression d’une majorité pour l’inclusion du mot Aquitaine mais nous ne voulions pas qu’il soit retenu seul, au risque de laisser penser à une absorption du Limousin et du Poitou-Charentes. Nous avons cheminé, éliminant d’autres pistes qui ont d’abord eu notre préférence mais qui pouvaient prêter à dénigrement, ou qui nous écartaient de la nécessaire visée européenne et internationale.

Pourquoi avoir choisi ce nom : Nouvelle-Aquitaine ?

C’est un nom qui fait écho à l’histoire de ce territoire, puisque notre nouvelle Région recouvre une grande partie de ce qu’était l’Aquitaine depuis l’époque gallo-romaine à celle d’Aliénor, au XIIe siècle. C’est aussi une réalité géographique : l’Aquitaine, pays des eaux. Ce nom fait référence aux rivières, aux lacs, aux ruisseaux et aux grands fleuves qui conduisent à l’Atlantique. C’est un nom qui revêt un rôle capital en matière d’attractivité économique et touristique, c’est une marque qui doit favoriser la vente de nos produits, notamment agroalimentaires, en France, bien sûr, mais aussi à l’international.
Enfin, cet adjectif « Nouvelle » est porteur de nouveauté, d’innovation, d’élan qui caractérisent notre nouvelle région.

Et maintenant que l’on a choisi un nom, quelle va être la suite ?

Ce travail sur le nom n’est qu’un petit moment, un point de départ. Le plus important reste à faire : apprendre à travailler et à vivre ensemble, à bâtir… A « faire région ensemble », pour reprendre les termes de notre président de Région.
La Direction de la Communication a également sa feuille de route pour déployer la nouvelle identité, une fois celle-ci validée par le Conseil d’Etat. Nous avons souvent parlé de marketing territorial, et je crois que cette démarche fédératrice des acteurs locaux (économiques, touristiques, culturels, sportifs, etc…) doit se poursuivre bien au-delà de ce nom, et par la force de la pluralité qui caractérise ce territoire.