Aller au contenu principal
  1. Move your buddy : la start-up sportive
Move your buddy © Sébastien le Clezio

Move your buddy : la start-up sportive

Replacer le sport au cœur des rapports humains et l’utiliser comme créateur de lien social, tel est le but de l’application mobile développée par Move Your Buddy.

« Pour organiser un foot entre copains, c’est toujours compliqué de coordonner les participants. » C’est en partant de ce constat que Guillaume Quaetaers a l’idée de lancer l’application Move Your Buddy. N’étant pas développeur informatique, il se tourne fin 2015 vers l’incubateur de start-up Pulseo, qui lui permet de rencontrer Quentin Guillout, un développeur informatique freelance. « J’ai immédiatement saisi le discours de Guillaume, car j’étais aussi confronté à ces problématiques pour faire du sport avec mes amis. De plus, l’entente entre nous a été instantanée », raconte Quentin. Mais l’ingénieur est spécialiste Android et il fallait, pour compléter l’équipe, une personne plutôt tournée vers la plateforme iOS (Apple). C’est là que Maxime Aubaret intervient pour former le trio fondateur de la société. Ce dernier avoue ne pas être un grand sportif mais « ce qui m’a séduit, c’est l’aspect social du projet, l’idée que les gens se rencontrent et fassent connaissance au travers du sport », s’enthousiasme-t-il.

70 activités au choix

Sur fond orange, l’interface est agréable et les enchaînements intuitifs. Ici se situe l’enjeu pour toute application : être simple, facile et efficace pour que l’utilisateur ait envie de l’adopter et de la conserver. Une fois son profil établi, le sportif peut créer ou rejoindre un évènement. Le choix se fait parmi 70 activités et loisirs, des plus classiques (football, tennis…) aux locales (surf, pelote basque…) en passant par l’outdoor (randonnée, pêche…). Activité, niveau de pratique et lieu sont les critères qui permettent de sélectionner le prochain théâtre de son défoulement physique. Pour arriver à ce résultat en constante évolution, les jeunes fondateurs ont pu s’appuyer sur Pulseo. La pépinière les a accompagnés financièrement, ce qui a permis de payer « des choses comme les frais de création, le cabinet comptable, ou encore l’agence de communication qui a créé notre identité visuelle », détaille Guillaume.

Des ambitions internationales

De son côté, la Région Nouvelle-Aquitaine accompagne la start-up landaise à hauteur de 50 000 euros. Cette subvention a permis de déployer de nouveaux moyens : des recrues (7 collaborateurs à ce jour) et des locaux supplémentaires à Anglet sont ainsi venus étoffer l’entreprise qui, après le marché des particuliers, vise désormais aussi celui des grandes entreprises. « Notre application devient un outil de gestion des ressources humaines en insufflant plus de cohésion auprès de personnes qui sont collègues, mais qui ne se croisent jamais », explique l’homme par qui tout a commencé. Un univers à conquérir à l’échelon national. Pour cela, la société  entre dans une période de levée de fonds au cours de laquelle elle espère recueillir 500 000 euros pour assouvir ses ambitions hexagonales, avant d’exporter son concept à l’étranger.