Aller au contenu principal
  1. Lim au galop sur l’innovation
Lim, selles équitation © Olivier Panier des Touches

Lim au galop sur l’innovation

L’atelier R & D du concepteur de selles d’équitation haut de gamme LIM planche sur les innovations pour développer le groupe à Saint-Estèphe en Dordogne.

C’est dans le charmant petit bourg de Saint-Estèphe en Dordogne, connu pour son étang où les touristes viennent s’adonner aux plaisirs du farniente, qu’un atelier développe la plus haute technologie de selles d’équitation sur mesure. Ici, une vingtaine de salariés de LIM s’activent à la recherche et développement d’un groupe dont la dernière selle connectée a été présentée lors du célèbre salon high-tech CES de Las Vegas en début d’année.
Créée avec deux salariés en 1998, la croissance de LIM est fulgurante. Elle compte aujourd’hui 535 salariés pour 50 millions d’euros de chiffre d’affaires. La principale activité du groupe est située non loin de là, à Nontron, cité connue pour la qualité de ses métiers d’art. Une intégration dans le territoire qui ne doit rien au hasard. Le métier de sellier nécessite d’importants savoir-faire. « L’histoire de ce groupe a continué à grandir et à se consolider grâce à deux volontés stratégiques. On travaille à la verticalisation de la chaîne de valeur et au développement de parts de marché avec des selles innovantes », explique le PDG Laurent Duray.

Partage de la chaine de valeur

Côté chaîne de valeur, LIM a souhaité accompagner 28 éleveurs bovins du Périgord vert pour avoir des peaux de grande qualité, sans défaut, tout en sécurisant le marché de ces agriculteurs. « La relation avec les agriculteurs a pour ambition de nous intégrer durablement sur le territoire local. Il faut une vision altruiste du partage de la chaîne de valeur, avec cohésion et harmonie entre le producteur de la peau et le transformateur », confie le PDG. Côté innovation, la toute première demeure finalement dans la stratégie d’entreprise. « Le métier d’un sellier, c’est d’enrober l’arçon de cuir. Nous, on a intégré l’arçon dans notre chaîne de valeur. » Un process qui a permis la naissance des deux innovations de rupture des selles d’équitation haut de gamme de LIM.

Composite et selle connectée

La première est la selle 2G, succès commercial lancé en 2009, dont l’arçon est en matériaux composites pour appréhender avec précision la morphologie du cavalier et la biomécanique des différentes disciplines de l’équitation. Cette année, la gamme a été complétée par la très médiatisée selle IJUMP, qui dispose d’un capteur relié à une application smartphone et sa caméra agrégeant toutes les données de la course. Des données objectives qui permettent au cavalier d’améliorer son entraînement et la préparation du cheval. Séduits, plusieurs professionnels l’utilisent déjà.
Pour poursuivre cette trajectoire de développement, LIM a investi 5 millions d’euros (dont 737 000 € d’aides de la Région Nouvelle-Aquitaine) dans un nouveau projet : la création d’un centre de décisions à côté de l’hippodrome du Bouscat, dans la métropole bordelaise. Ici seront hébergés une cinquantaine de salariés dont une grande partie d’ingénieurs. Ils bénéficieront alors d’une écurie recherche et développement pour tester leurs recherches. Un tel site favorisera l’innovation d’un groupe qui veut doubler son chiffre d’affaires dans les cinq années à venir.