Aller au contenu principal
  1. Inauguration du nouveau centre de maintenance TER de Bordeaux

Inauguration du nouveau centre de maintenance TER de Bordeaux

Alain Rousset, président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, Renaud Lagrave, vice-président en charge des infrastructures, et Frank Lacroix, directeur général Ter, ont inauguré le nouveau centre de maintenance TER  jeudi 22 septembre 2016 sur le site de la gare Bordeaux Saint-Jean dont les travaux (près de 25 M d'euros) sont supportés intégralement par la Région.

Bordeaux - Gare Saint-Jean

Gare de Bordeaux Saint-Jean, Rue Charles Domercq, 33800 Bordeaux, France
© JJ D’Angelo
© JJ D’Angelo

L’arrivée des 46 nouvelles rames Régiolis et Régio2N nécessitait l’aménagement d’un atelier de maintenance modernisé, répondant notamment aux exigences de ces nouveaux matériels de haute technologie, toujours dans le souci d'offrir un meilleur service aux usagers. 
"La performance passe par l'innovation, expliquait Alain Rousset. Ce nouvel outil va permettre d'améliorer encore la productivité dans le domaine de la maintenance de nos TER.

Le nouveau centre de maintenance du site de Bordeaux
L’actuel site de maintenance de Bordeaux va être transformé et complété des dispositifs suivants :

  • Construction d'un nouveau bâtiment de maintenance de plus de 2 000 m2, achevé et au centre de l’inauguration de jeudi dernier, avec de 2 voies de 81 m équipées de passerelles d’accès en toiture pour intervenir sur les équipements techniques des rames, comprenant un dépose-bogie (chariot situé sous un véhicule ferroviaire) et un centre de pilotage destiné à optimiser la management opérationnel sur site.
  • Création d’une aire de nettoyage des rames, notamment pour le détagage, néanmoins facilité grâce au pelliculage anti-tag posé sur l’ensemble des rames.
  • Adaptation de l’ancien bâtiment de maintenance de 4 voies afin qu’il puisse accueillir et maintenir les nouvelles rames (prolongement et équipements supplémentaires).

Le montant de ces travaux est supporté intégralement par la Région (hors mise en état des sols).
Le nouveau bâtiment est opérationnel, l’aire de nettoyage et l’adaptation du bâtiment existant seront achevées début 2017.

Bénéfices attendus du nouveau centre : plus de disponibilité 

Ce projet vise d’abord à l’optimisation de l’utilisation des rames par une disponibilité ambitieuse :
96% pour Régio2N, 95% pour Régiolis et 92% pour les BGC en pointe hebdomadaire (de 16h à 20h le vendredi).

  • En pointe hebdomadaire, sur 73 rames, 69 pourront désormais circuler, ce qui a permis de limiter le nombre de rames Régio2N et Régiolis à acquérir. En effet, il y a un réel intérêt à limiter le nombre de rames sachant que le coût de maintenance sur la durée de vie d’un matériel correspond entre 2 et 3 fois au coût d’acquisition ;
  • L’entretien des XTer, jusqu’alors réalisé à Limoges, sera en partie déplacé à Bordeaux. Les économies d’acheminement et la meilleure réactivité pour les soins permettront de gagner une unité en circulation. La convention de financement vise un taux de disponibilité de 88% en pointe hebdomadaire.

Ce nouveau site de maintenance sera l’occasion pour l’exploitant-mainteneur de monter en compétences et de développer des initiatives comme la maintenance modulaire (découpage de la maintenance en modules opératoires de courte durée, plutôt que l’immobilisation pour un cycle de maintenance général).

Des dispositions en faveur de l'environnement et de l’emploi local

Le bâtiment intègre des aménagements respectant l’environnement, parmi lesquels on trouve :

  • le stockage des eaux pluviales de toiture et réutilisation pour l’aire de lavage des rames ;
  • le stockage des eaux de détagage avant d’être pompées et traitées par une entreprise spécialisée ;
  • le déshuilage des eaux industrielles provenant de l’aire de lavage et des fosses.
  • Une notice environnementale rédigée par la SNCF spécifie les règles à tenir pour les maîtres d’oeuvre.
  • Les nouveaux matériels roulants respectent eux aussi des normes environnementales 

Par ailleurs, la Région a souhaité que la SNCF alloue au moins 2% du montant global de la main d’oeuvre sur des actions d’insertion professionnelle. Enfin, au-delà de l’emploi créé en phase travaux, la pérennisation de ce centre industriel renforce l’emploi des cheminots sur le site de Bordeaux à long terme.

Une nouvelle façon de travailler

Les méthodes de travail au sein du site ont également été adaptées :

  • montée en compétences des opérateurs via des formations aux nouvelles installations et matériels mais également adaptation des méthodes de travail vers des équipes pluridisciplinaires pour gagner en polyvalence.
  • La maintenance modulaire a été généralisée : découpage de la maintenance en modules opératoires de courte durée, plutôt que l’immobilisation pour un cycle de maintenance général.

En savoir plus sur les compétences régionales en matière de transports