Aller au contenu principal
  1. Hydrogène haute technologie
Station de stockage d'énergie à hydrogène © Nexeya

Hydrogène haute technologie

Le groupe Nexeya ambitionne de se positionner comme leader français des stations de stockage d’énergie en s’appuyant sur l’hydrogène et des technologies innovantes. Son site de La Couronne en Charente développe ces nouvelles solutions.

Groupe international, histoire locale

Avec ses 5000 m² et son grand terrain, le site de Nexeya à La Couronne en impose. Il constitue un des développements récents de l’histoire industrielle locale. En 2002, le groupe Eurilogic, une société nationale spécialisée dans l’électronique rachète Sodatec Ingéniérie, une entreprise locale qui travaille alors principalement pour la DCNS basée à Ruelle-sur-Touvre, juste à côté d’Angoulême. La société compte aussi les industries locales dans ses clients : Leroy-Somer ou Schneider Electric. Devenue Nexeya, le groupe s’est étendu et internationalisé et en 2011, La Couronne est choisie pour accueillir les activités très diversifiée du site. Nexeya regroupe près de 900 personnes sur cinq sites industriels dans le monde. Celui de La Couronne compte les compétences les plus nombreuses.

Le tournant de la technologie hydrogène

« Mais les projets sur lesquels le site travaille arrivent bientôt en fin de cycle » note Loïc Carré, directeur du programme énergie de l’entreprise. « Le développement du laser mégajoule mis au point par le Centre d’étude atomique en Aquitaine touche à sa fin, tout comme le programme militaire des missiles nucléaires M51 ». Anticipant une évolution nécessaire, Nexeya s’intéresse de près à la filière hydrogène depuis 2011. « En 2014, nous avons vu qu’un tournant était en passe de s’amorcer » se rappelle Loïc Carré. Nexeya se lance alors sur les projets dits stationnaires qui lui semblent les plus prometteurs. « Bon nombre de sites comme par exemple les refuges ou les stations émettrices, ont besoin d’une source d’énergie constante et fiable. Elle leur est encore apportée par des générateurs diesel ou fioul. Avec la transition énergétique, ce n’est plus possible aujourd’hui » constate Loïc Carré. La société travaille donc pour développer une gamme de solutions hydrogène « qui devra s’inscrire dans les prix du marché de l’énergie. »

Station de stockage d'énergie à hydrogène
Station de stockage d'énergie à hydrogène © Nexeya

Solutions hybrides

La technologie sur laquelle mise Nexeya est hybride. C’est sa force. Elle couple un système de production d’énergie à pile à hydrogène avec un stockage classique avec des batteries. Le savoir-faire de l’entreprise lui permet de mettre au point un système de pilotage intelligent. Elle travaille avec deux laboratoires partenaires, Estia à Bidart et un laboratoire du CNRS à Poitiers pour mettre au point son EMS ou energy managing system (système de gestion de l’énergie). Le système vise au développement d’une intelligence artificielle qui « apprendra » à gérer au mieux les différents facteurs de la consommation et du stockage. « Par exemple, les prévisions météo joueront un rôle important car le système devra décider quand démarrer la génération d’hydrogène ou quand s’appuyer sur le stockage des batteries, tout en optimisant au mieux la durée de vie de celles-ci » explique Loïc Carré. La première offre commerciale devrait être prête dès septembre 2018 avec la réalisation d’un démonstrateur sur le site de l’entreprise.

Un acteur local s’est déjà engagé pour une première installation. Le Grand Angoulême a prévu la construction d’un bâtiment à énergie positive pour l’extension de la pépinière d’entreprises de Girac. A l’horizon 2020, le futur Technoparc d’Angoulême assurera ainsi sa quasi-autonomie avec le système de Nexeya.

Le soutien régional

La Région s’est engagée auprès de Nexeya à hauteur de 273 305€ pour un montant global de 1 351 220€ d’investissement.