Aller au contenu principal
  1. Gaspillage alimentaire dans les lycées : objectif -30%
Lycée professionnel Rompsay à La Rochelle © Région Nouvelle-Aquitaine / Florian Delage

Gaspillage alimentaire dans les lycées : objectif -30%

Collectivité en charge des lycées, la Région s'est fixé pour objectif une diminution du gaspillage alimentaire de la restauration collective de 30% en trois ans dans ses établissements. Pour cela, il est proposé aux lycées une approche globale incluant la qualité et la proximité des approvisionnements et la valorisation des déchets. Les élus régionaux ont voté une délibération en ce sens lors de la Séance plénière du 26 et 27 juin.

La loi du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte prévoit une obligation, pour tous les lycées français, d’engager des mesures concrètes de lutte contre le gaspillage alimentaire. Sur le territoire de Nouvelle-Aquitaine, la Région souhaite les accompagner, notamment dans le cadre de sa compétence en matière de déchets et d’économie circulaire.
A cette fin la Région propose aux lycées un plan d’actions, en cohérence avec le "Contrat d’Objectifs pour une dynamique régionale déchets et économie circulaire" établi avec l’ADEME. L’objectif : une restauration collective durable dans les lycées de Nouvelle-Aquitaine, à travers les circuits locaux d’approvisionnement, la lutte contre le gaspillage alimentaire et le tri en vue de leur valorisation des déchets alimentaires. Les circuits courts, en s’approvisionnant localement, seront privilégiés ainsi que, dans la mesure du possible, des producteurs bio, afin de proposer une restauration collective de qualité.
15 groupes de travail sur 15 zones géographiques ont ainsi été initiés. Au total, en une première vague pour l'année scolaire 2017-2018, 92 lycées vont mener des actions dans ce sens et échanger autour de leurs pratiques et expériences.
Réunis une première fois en mars-avril 2017, la Région leur a fixé pour objectif final une réduction de 20% la première année et de 30% en trois ans du gaspillage alimentaire issu de leurs services de restauration collective.

L'approche est globale ; avec une dimension pédagogique et citoyenne, elle prend en compte la qualité et la proximité des approvisionnements et la valorisation des déchets en faisant sortir la lutte contre le gaspillage des cuisines et en faisant un projet partagé, l'intégrant dans le projet pédagogique de l’établissement ou en incitant les élèves à s’engager en s’appuyant sur les Comités de vie lycéenne, par exemple. 
Elle mobilise ainsi l’ensemble des acteurs au sein des établissements : administration, vie scolaire, enseignants, infirmiers, équipes de restauration, élèves et parents.

Un accompagnement régional au plus près des pratiques

La Région propose un accompagnement complet : à la fois des volontaires en Service civique dans les établissements, des formations pour les équipes de restauration, mais aussi la mobilisation de partenaires (associations, syndicats mixtes, …), ainsi que des rencontres et différents outils.

Trois volets complémentaires peuvent donc être mobilisés pour les lycées : 

  • des financements en provenance de l’ADEME, en contrepartie d’actions financées par la Région

L’ADEME est sollicitée pour accompagner financièrement ce plan d’action auprès des lycées, sur une période totale de 18 mois.
Les dépenses éligibles concernent la sensibilisation des convives et des professionnels, la formation des professionnels, l'accompagnement du projet (diagnostics, coordination), les supports de communication/sensibilisation, les investissements éventuels.

  • le partenariat des collectivités et organismes en charge de la réduction et de la valorisation des déchets

La plupart des lycées de Nouvelle-Aquitaine, "gros producteurs" de bio-déchets sont soumis à l’obligation d’en assurer le tri à la source en vue de leur valorisation..
Des conventions sont ou seront donc établies avec les organismes de collecte et de valorisation des déchets susceptibles :
- d’établir des diagnostics déchets ;
- de rechercher les meilleures solutions de réduction, de tri et de valorisation des bio-déchets pour chaque établissement ;
- d’aider les établissements à s’organiser pour les mettre en œuvre ;
- de sensibiliser et former les convives et personnels concernés.

  • un outil de mobilisation des lycées sous forme de charte d’engagement dans la lutte contre le gaspillage alimentaire

Une charte d’engagement, à adapter à chaque lycée et à son projet, pose les principes suivants : "La restauration scolaire est un levier important d’éducation tant dans ses aspects alimentaires, sociaux, culturels, économiques et de santé publique que du point de vue du rapport à l’alimentation des adolescents et de l’hédonisme alimentaire."
La signature d’une charte par l’ensemble des lycées engagés dans les groupes territoriaux de lutte contre le gaspillage alimentaire aura pour but de mobiliser globalement et durablement les communautés éducatives sur cette thématique.

Les élus régionaux ont voté lors de la séance plénière des 26 et 27 juin une demande de participation financière de l’ADEME de 100 100 € venant en contrepartie d’une mobilisation de 216 200 € par la Région pour mettre en œuvre cette action.

Cette aide concerne une première vague d’établissements accompagnés sur l’année scolaire 2017-2018. Une deuxième vague sera initiée pour 2018-2019 puis jusqu’à couvrir l’ensemble des lycées de Nouvelle-Aquitaine.

Lire aussi

L'exemple du Lycée Sud Médoc, engagé dans la lutte contre le gaspillage alimentaire