Aller au contenu principal
  1. Faire grandir les start-up de la santé
Faire grandir les start-up de la santé © Pixabay

Faire grandir les start-up de la santé

Lors de la commission permanente du 9 octobre 2017, les élus régionaux ont attribué des aides à plusieurs start-up du secteur de la santé. Focus sur les projets de ces pépites régionales.

Modéliser un cœur virtuel en 3D, développer et commercialiser une plate-forme de télémédecine, trouver de nouvelles applications thérapeutiques pour des molécules déjà existantes, détecter la présence de cellules précancéreuses… les start-up de la santé ne manquent pas de projets innovants et la Région Nouvelle-Aquitaine est à leurs côtés.

En effet, booster les start-up innovantes et les accompagner dans leur conquête de marchés permet de créer des emplois et de renforcer le tissu industriel régional. C’est pourquoi la Région Nouvelle-Aquitaine souhaite multiplier le nombre de créations de start-up et ainsi faire naître des projets innovants prometteurs.

Les applications numériques dans la santé occupent désormais une place privilégiée que la Région veut développer. En soutenant les start-up dans ce domaine, elle se positionne sur un secteur d’avenir et crée une véritable dynamique en matière de créativité et d’innovation.

Voici quelques exemples de projets soutenus par la Région lors de sa dernière commission permanente du 9 octobre 2017.

Des aides à l’amorçage

La Région Nouvelle-Aquitaine a voté un budget de près de 1,4 millions d’euros pour 16 projets innovants, avec un potentiel de création de 169 emplois à 3 ans.

  • Carcidiag Biotechnologies (Guéret – 23) :

Carcidiag Biotechnologies développe un outil qui permet de détecter la présence de cellules précancéreuses sur des tissus biologiques. L’objectif est bien de prévenir le développement de cancers et fournir un test pertinent et efficace. Le caractère innovant du projet réside dans la capacité du test à distinguer et qualifier les cellules souches cancéreuses. L’avancée technologique donne à Carcidiag Biotechnologies le potentiel pour devenir un acteur majeur sur le marché du diagnostic in vitro à l’horizon de 5 ans. Les premiers kits développés sont positionnés sur le cancer colorectal, avec une commercialisation en 2019, un chiffre d’affaires prévisionnel de 600 000 € et surtout le recrutement de 7 personnes sur 3 ans. La Région a voté une aide de 150 000 € pour un montant global de 749 000 €.
Plus d’infos sur ce procédé ici

  • inHEART (Pessac – 33) :

inHEART développe des logiciels de traitement d’images médicales en cardiologie. Ils sont capables de modéliser un cœur virtuel 3D personnalisé pour aider à planifier et guider les interventions des cardiologues sur des patients atteints d’arythmie. Grâce à cette innovation, les cicatrices du muscle cardiaque à l’origine de ces troubles seront mieux détectées et donc mieux traitées. Ce projet fonctionne déjà depuis 6 ans au CHU de Bordeaux et dans une quinzaine de centres hospitaliers en Europe, aux Etats-Unis et en Australie depuis 2 ans. Sur le plan opérationnel, le cardiologue, après transmission de l’imagerie du patient au serveur inHEART, reçoit en quelques heures le cœur virtuel 3D personnalisé créé par les experts d’inHEART à l’aide du logiciel. Ce cœur virtuel est alors affiché au sein du système de cartographie 3D et utilisé pour guider l’intervention. La Région a octroyé une aide de 225 000 € sur un montant total de 1 150 000 €.

L’aide à l’amorçage est téléchargeable sur le guide des aides en ligne de la Région.

Des aides à l’innovation

La Région Nouvelle-Aquitaine a voté une enveloppe budgétaire de 1,27 millions d’euros pour 5 projets innovants, avec un potentiel de création de 41 emplois à 3 ans.

  • Valbiotis (La Rochelle – 17) :

Valbiotis développe des solutions nutritionnelles innovantes dédiées à la prévention des maladies cardio-métaboliques et à l’accompagnement nutritionnel des patients. Ces produits sont destinés aux industriels de l’agro-alimentaire et de l’industrie pharmaceutique. Valbiotis intervient notamment pour la prévention du diabète de type 2, de la NASH (stéatohépatite non-alcoolique), de l’obésité et des pathologies cardio-vasculaires. Cette entreprise de 9 salariés a pour objectif d’embaucher 18 personnes dans le cadre de ce projet. La Région l’aide dans son développement en lui attribuant 350 000 € sur un montant total de 1 205 906 €.

  • Exelus (Latresne – 33) :

Exelus développe et commercialise depuis janvier 2016 une plate-forme de télémédecine, Nomadeec, unique sur le marché, qui permet un examen clinique complet, connecté, mobile et communicant. Cette solution, basée sur l’intégration de dispositifs médicaux (DM) connectés à une tablette tactile dédiée et une interface web pour la médecine à distance, s’adresse pour l’heure essentiellement à la médecine d’urgence et de 1er secours. Elle répond surtout aux nouveaux enjeux auxquels les professionnels de santé sont confrontés : la désertification médicale sur la permanence de soins et les contraintes médico-légales liées à la traçabilité. Elle équipe aujourd’hui environ 500 professionnels de santé en France et à l’étranger, et plus de 2 000 bilans de santé ont été télétransmis aux 15 SAMU déjà équipés. Actuellement, Exelus dispose de 7 salariés et ambitionne de créer 9 emplois. La Région a voté une aide de 170 000 € pour un montant total de 702 000 €.

  • OP2 Drugs (Pessac – 33) :

OP2 Drugs est spécialisée dans la découverte et le développement de nouvelles applications thérapeutiques pour des molécules déjà autorisées et présentes sur le marché. OP2 DRUGS s’est engagée depuis près de 2 ans dans l’exploitation d’une molécule brevetée (OP2213) dont le mécanisme d’action lui confère des propriétés très prometteuses, en particulier en cardiologie et en neurologie. L’objectif est de mettre au point, à partir de cette molécule, des médicaments innovants destinés à des besoins médicaux graves sans option thérapeutique satisfaisante. Ce projet a pour ambition de pérenniser à l’horizon de 5 ans un laboratoire pharmaceutique ancré sur le territoire. Le recrutement de 4 personnes est prévu sur ce programme, plus 5 supplémentaires liées au déploiement de l’activité. La Région leur a attribuée une aide de 500 000 € pour un montant total de 2,8 millions d’euros.

L’aide à l’innovation est téléchargeable sur le guide des aides en ligne de la Région.