Aller au contenu principal
  1. Commission permanente du 10 février 2020
Plénière © sbr

Commission permanente du 10 février 2020

Les élus régionaux se sont réunis en commission permanente lundi 10 février 2020 pour voter plus de 746 millions d’euros d’aides pour 287 dossiers. Tour d’horizon non-exhaustif des projets soutenus par la Région.

Economie et emploi

Pour le pilier économie et emploi, les élus ont voté plus de 145 millions d’euros d’aides à destination de 105 dossiers. On y retrouve des aides dans des secteurs aussi variés que l’économie numérique, les filières, la performance industrielle, la recherche, l’innovation et les start-up, l’attractivité et l’internationalisation, le tourisme, l’agriculture, l’économie culturelle, l’économie sociale et solidaire (ESS), la formation professionnelle continue ou encore l’emploi et l’évolution professionnelle.

Quelques dossiers à la loupe

Soutien aux projets de start-up innovantes et à l’économie numérique

6 dossiers pour plus d’un million d’euros dont le dossier suivant :

150 000 euros accordés à la start-up Biopythos (Bonnac-la-Côte, 87)

Le projet Biopythos développe, fabrique et commercialise des conteneurs céramiques de grandes dimensions, destinés au marché vinicole pour l'élevage du vin dans une dynamique fortement respectueuse de l'environnement. La start-up accompagne la profession viticole vers des pratiques moins utilisatrices de produits chimiques.

Son offre représente ainsi une réelle alternative aux contenants plus traditionnels en associant neutralité gustative et micro-oxygénation maîtrisée. Ce projet connaît aujourd’hui deux grandes innovations : le changement d'échelle du procédé pour la réalisation de grandes pièces et l’adaptation, l’optimisation et la maîtrise des propriétés spécifiques des pâtes céramiques et du processus de cuisson compatibles avec la fabrication. Le projet devrai permettre la création de 14 emplois.

 

Economie territoriale – Aide à la création

106 dossiers pour un montant total de 707 588€ dont le dossier suivant :

6 000 euros pour la création de la société Apikéta à Chazelles (16).

Le projet visé concerne la création d'une entreprise de fabrication et de vente de produits cosmétiques et ménagers biologiques, biodégradables. Ces produits "zéro déchets" sont vendus en vrac ou dans des contenants de récupération. Les savons sont produits par saponification, sans parfum artificiel, sans huile essentielle mais à base de confections faite maison. La gérante confectionne également des lingettes démaquillantes et des couches pour bébé en tissu lavable et réutilisable. Le conjoint collaborateur fabrique des couteaux upcyclés (transformation d'un objet en un nouvel objet), des outils et des bijoux dont 95% des matériaux utilisés sont issus de la récupération. La vente de ces produits se fait directement sur le site de fabrication et lors de foires et marchés. Des partenariats sont engagés avec des pharmacies, des épiceries locales pour mieux faire connaître les produits.

 

Tourisme

8 dossiers pour 10 millions d'euros dont le dossier suivant :

800 000 euros accordés à l'établissement thermal d’Evaux-les-Bains (23).

La station thermale d'Evaux-les-Bains compte parmi les 15 stations thermales en Nouvelle-Aquitaine qui adhèrent au cluster thermal Nouvelle-Aquitaine « AQUI O THERMES ». Dans le cadre du plan thermal 2018/2020, l’hôtel de la station va être totalement réhabilité. Et le centre de bien-être EVAHONA qui s'appuie sur une offre thermo-ludique en extérieur va être modernisé avec la réhabilitation de la cour, des cheminements, de la piscine thermale, l'installation de nouveaux équipements (bassin ludique, création de vestiaires supplémentaires, ...) et la réalisation d'aménagements paysagers. L'objectif après travaux est l'adhésion à des réseaux nationaux, spécialistes des séjours et week-ends bien-être.

Ce projet présente un caractère structurant pour le territoire de Creuse Confluence. Il permettra de développer l'économie locale (création de 19 emplois en CDI) et de dynamiser l'attractivité du territoire Creuse Confluence et plus largement du département.

 

Soutien aux projets innovants

18 dossiers pour un montant total de 4 695 400 € dont les dossiers suivants :

400 000 euros pour L'aide au développement d’un projet de recherche de la société Polyneuros de Saint-Jean d'Illac (33)

La société Polyneuros est une entreprise bio-pharmaceutique qui propose de nouvelles approches de diagnostics et thérapeutiques, appliquées à la Maladie de Charcot. Afin de permettre à l'ensemble des patients atteints de cette maladie rare d'accéder à ce diagnostic précoce, il est indispensable d'industrialiser la fabrication et l'interprétation de cet immuno-bilan. Avec une mise sur le marché visée en 2021, la société prévoit un retour sur investissement rapide sur ce programme innovant, ce qui lui permettra de mener à bien ultérieurement un deuxième projet : le développement d'un candidat-médicament, actuellement en phase pré-clinique, pour le traitement de la maladie. , avec de premiers résultats précliniques très prometteurs. Le savoir-faire développé permet de travailler sur la piste de traitements d'autres maladies neurodégénératives, telles que la maladie de Parkinson ou la sclérose en plaques.

567 000 euros pour le projet de robotisation Exelite (33)

La société Aérospline, à Bruges, est une PME d'ingénierie industrielle qui développe des solutions robotiques pour la construction aéronautique. Ces nouveaux robots collaboratifs - dits cobots. Ces cobots seront mobiles et articulés, équipés d'une surfaceuse permettant d'effectuer des travaux de surfaces planes, verticales et horizontales, leur permettant de prendre en charge les travaux de désamiantage.

La société Bordeaux Démolition Services (BDS), spécialisée dans tous les types de déconstruction et de valorisation des déchets sur le grand sud-ouest a souhaité s'impliquer dans ce projet. BDS cherche à se doter d'un dispositif permettant de réduire l'empoussièrement et la volatilité des fibres d'amiante pour réduire l'exposition de ses salariés. BDS est sollicité sur son expertise-métiers, l'achat de fournitures, la réalisation de supports pour les premiers tests et les tests sur chantier.

 

Aide à l'internationalisation des entreprises

8 dossiers pour un montant total de 490 165 € dont le dossier suivant :

50 000 euros pour l'aide à l’internationalisation de Sparcraft de Périgny (17)

La société Sparcraft est spécialisée dans la fabrication de mâts et gréements pour la navigation de plaisance et de course. Son chiffre d'affaires est réalisé principalement en France puis aux Etats-Unis et en Europe. L'entreprise est un des leaders mondiaux de ce marché. L'ensemble de la production est en France. L’entreprise s'est engagée dans le programme Usine du Futur pour améliorer sa performance et accompagner sa croissance interne. Elle engage un plan d'actions ambitieux pour améliorer l'impact environnemental de son activité.

 

Développement des compétences et de l'emploi des entreprises et des filières en Nouvelle-Aquitaine

17 dossiers pour un montant total de 728 415 € dont le dossier suivant :

96 000 euros pour l'aide à la formation dans l'entreprise Caramétal de Niort (79)

L'entreprise Canamétal emploie 92 salariés. Forte de 50 ans d'expérience en construction de structures métalliques, elle a su évoluer afin de répondre aux demandes de constructions de bâtiments industriels, aux constructions d'ouvrages d'art et d'ouvrages complexes. Du fait de l'effondrement du pont Morandi en Italie, la France a lancé un état de lieux de ses ouvrages d'art, dont 25 000 seraient à surveiller ou reconstruire. Mais d'autres grands projets sont déjà en cours comme le Grand Paris ou bien les JO de 2024. Afin de répondre à des enjeux de taille, Canamétal doit moderniser sa gestion de la production afin d'être plus réactif et de pouvoir maîtriser la production, la qualité et les coûts en temps réel. Dans ce contexte et afin de pérenniser les emplois, l’entreprise a engagé un vaste plan de formation.

Jeunesse

Pour le pilier jeunesse, les élus ont voté 213 millions euros d’aides à destination de 35 dossiers. On y retrouve des aides sur l’orientation et l’accompagnement à l’insertion économique, l’apprentissage, l’éducation, les lycées (bâtiments), l’enseignement supérieur, l’accompagnement des jeunes et la vie quotidienne.

Quelques dossiers à la loupe

Lycées Publics et Cités Mixtes

22 dossiers pour un montant total de 33 400 000€ dont les dossiers suivants :

  • 2 millions d’euros au lycée professionnel Léonard-de-Vinci, à Périgueux, pour la reprise des toitures et l’isolation des façades ;
  • 800 000 euros au lycée général et technologique Pré-de-Cordy, à Sarlat-la-Canéda, pour la restructuration de l'atelier et la création d'un restaurant pédagogique.
  • 1,5 million d’euros pour le lycée général et technologique Jean-Baptiste-de-Baudre, à Agen, pour, notamment, la restructuration partielle des bâtiments A et C, la rénovation des internats et la réhabilitation de la demi-pension, une création d’escalier de secours, un remplacement des menuiseries de l’internat et la rénovation du plateau sportif.
  • 700 000 euros au lycée Stendhal, à Aiguillon, pour la rénovation du château, du bâtiment de l’externat, et l’entrée du lycée.
  • 450 000 euros pour le lycée professionnel Jacques-de-Romas, à Nérac, pour des études de programmation en vue de la restructuration partielle du lycée et pour des études de restructuration partielle de l’établissement.

Innovation Sociale

17 dossiers pour un montant total de 524 552€ dont le dossier suivant :

Aide régionale à un restaurant coopératif tenu par des 18-25 ans à Tarnos (40)

La Société coopérative d'intérêt collectif (SCIC) “Interstices” est née en 2002, à l'initiative des acteurs du Comité de bassin d'emploi du Seignanx, dans le but d'accompagner les jeunes à la création d'activités d'utilité sociale et de les intégrer dans les espaces de réflexion et de développement du territoire. Cette SCIC souhaite aujourd’hui confier un outil de travail opérationnel à des jeunes de 18 à 25 ans, sous forme de restaurant coopératif basé à Tarnos. La Région soutient ce projet à hauteur de 40 000 euros.

Ecoles de la deuxième chance 2020

4 dossiers pour un montant total de 779 000€ dont le dossier suivant :

Les Écoles de la deuxième chance, E2C, participent au service public de la formation professionnelle. Ces écoles ont vocation à accueillir des jeunes demandeurs d'emploi en situation particulièrement précaire. Ces écoles, dont l'activité est encadrée par un label, associent, dans un parcours de formation individualisé, l'acquisition de compétences, l'expérience en entreprise, la définition d'un projet professionnel et l'accompagnement à l'inclusion. En 2018, en Nouvelle-Aquitaine, les E2C ont accompagné 405 jeunes pour une durée moyenne de parcours de 6.5 mois. Aussi, 37% du temps de formation s'est effectué au sein d'une entreprise partenaire. Les solutions à la sortie sont positives puisque 30% des bénéficiaires ont intégré une formation qualifiante ou diplômante et 31% ont signé un contrat de travail. L'École de la deuxième chance du Poitou et de la Charente a souhaité l'ouverture du site d'Angoulême afin d'optimiser le maillage territorial en complétant les deux sites "historiques" de Niort et Châtellerault. Sont prévues aussi des périodes d'essai délocalisées sur les sites de Poitiers et sur le Nord Deux Sèvres. La Région Nouvelle-Aquitaine accompagne le développement des Ecoles de la Deuxième Chance à travers un financement de 424 000 euros.

 

Aménagement du territoire

Pour le pilier aménagement du territoire, les élus ont voté plus de 284 millions d’euros d’aides à destination de 72 dossiers. On y retrouve des aides pour l’action et la gouvernance territoriale, les politiques contractuelles, l’économie territoriale et les politiques de retournement, la culture, le foncier, l’habitat et les politiques de la ville, la santé, les infrastructures de transport ou encore la coopération internationale.

Quelques dossiers à la loupe

Aménagement Culturel du Territoire – Manifestations Culturelles – Festivals régionaux

6 dossiers pour un montant total de 147 000€ dont le dossier suivant :

25 000 euros pour le festival Aux Champs de l’association Tuberculture (Chanteix (19))

Créée en 1972, l'association Tuberculture organise depuis 1987 le « Festival aux champs », festival de musiques actuelles. L'association travaille également sur une programmation annuelle autour de la « Boîte en zinc », lieu de spectacle et de résidence ouvert depuis mars 1999 qui a bénéficié d'un accompagnement régional pour sa construction, dans le cadre des équipements culturels de proximité. Le Festival aux Champs est considéré comme un des festivals qui rayonne le plus sur le territoire Limousin. En 2020, le festival sera en redéfinition, avec un changement de date. Organisé d'ordinaire en août, il aura lieu cette année en juillet avec trois grandes scènes le soir et un accès payant au site. La programmation est en cours mais des têtes d'affiches, des artistes de la scène régionale, des spectacles jeunes publics sont d’ores et déjà annoncés...

Attractivité du territoire : accès aux soins et maintien d’emplois

200 000 euros d’aide de la Région et 527 285 euros du FEDER à la Communauté de Communes de La Vallée d'Ossau (Arudy)

Depuis 2015, une réflexion a été engagée sur l'accès aux soins et l'attractivité médicale de ce territoire. Cette réflexion a abouti à l'élaboration de projets complémentaires entre eux : le projet de santé de la Vallée d'Ossau qui s'inscrit dans une logique territoriale et fédère les différents professionnels de santé du territoire et les projets de santé des Maisons de Santé Pluri professionnelles (MSP) d'Arudy et de Laruns.

Il s’agit ici de soutenir le projet de MSP d'Arudy avec la construction d'un nouveau bâtiment et qui accueillera 10 médecins généralistes et des professionnels de santé. La livraison est prévue pour janvier 2022.

Contrat de dynamisation et de cohésion Thouarsais-Loudunais : Maison de l'Entreprenariat

386 000 euros pour la création de la « station T » à Thouars (79)

Dans le cadre du Contrat de dynamisation et de cohésion du Thouarsais-Loudunais, la communauté de communes du Thouarsais travaille à améliorer l'attractivité et l'accueil des entreprises et de leurs salariés en offrant un environnement propice et des services adaptés à leurs attentes. La Maison de l'entreprenariat, appelée "Station T", sera la porte d'entrée à la création, à la reprise et au développement des entreprises, lieu d'échanges, de formations, d'informations, d'accompagnement et d'animation. Elle hébergera une pépinière et accueillera sur un même site géographique, partenaires institutionnels, experts juridiques, bancaires ou commerciaux pour apporter aux entrepreneurs et chefs d'entreprises des réponses aux questionnements qui sont les leurs. Elle hébergera également un espace de co-working et une salle de conférence. La Région Nouvelle-Aquitaine apporte son soutien à ce projet à hauteur de 386 000 euros.

Transition énergétique et écologique

Pour le pilier transition énergétique et écologique, les élus ont voté plus de 64 millions d’euros d’aides à destination de 23 dossiers. On y retrouve des aides pour la biodiversité et les parcs naturels régionaux, l’eau et le littoral, l’économie circulaire et les déchets ou encore la transition énergétique et l’adaptation aux changements climatiques. 

Quelques dossiers à la loupe

Innovation – Energies renouvelables – Gazéification

8 dossiers pour un montant total de 252 740€ dont le dossier suivant :

162 000 euros à Terega (Pau) pour une étude de faisabilité sur solution méthanation bioCO2 à Mourenx (64)

La société Terega est l'un des deux gestionnaires du réseau de transport de gaz en Nouvelle-Aquitaine, et plus largement en France, avec GRT Gaz. La société souhaite étudier la mise en œuvre d'une solution innovante de méthanation par voie biologique. La méthanation consiste à combiner le bioC02 (une des molécules responsables de l'effet de serre) et de l'hydrogène renouvelable ou « décarbonné » pour produire du méthane dit « de synthèse », potentiellement injectable dans les réseaux de gaz. Le projet dénommé C02METH serait implanté sur la commune de Mourenx, à proximité de la zone industrielle de Lacq.

12 200 euros pour une étude sur la production d’hydrogène vert du Grand Angoulême (16)

L'Agglomération du Grand Angoulême souhaite porter une réflexion d'envergure pour la production d'hydrogène vert à partir de l'implantation de parcs photovoltaïques. L'hydrogène produit par électrolyse pourrait servir notamment dans le cadre du verdissement de la flotte gérée aujourd'hui par la collectivité. La flotte est composée d'une vingtaine de camions bennes à ordures ménagères, une centaine de bus urbains et une flotte de véhicules utilitaires. Les usages pourront être élargis à d'autres consommateurs du territoire.

Innovation – Mobilité propre

6 dossiers pour un montant total de 513 620€ dont le dossier suivant :

353 000 euros pour le soutien à un projet de mobilité propre de Picoty SA à La Rochelle (17)

Picoty SA dont le siège social se situe en Nouvelle-Aquitaine, construit et exploite des stations-services de marque Avia adaptées aux poids-lourds pour la partie ouest du territoire français. La société s'est lancée depuis 2016 dans le développement en France d'un réseau de stations-services proposant du GNV (Gaz Naturel Véhicule) sous la forme de GNL (Gaz Naturel Liquéfié) et de GNC (Gaz Naturel Comprimé). L’entreprise souhaite à présent développer des stations délivrant un carburant renouvelable à destination des collectivités et des transporteurs routiers, le BioGNC. Elle entreprend la construction d'une station publique délivrant du GNC/BioGNC à La Rochelle, à proximité du grand port maritime. Cette station publique est adaptée aux véhicules lourds et aux véhicules légers. Elle pourra accueillir les transporteurs publics et privés. Cette station distribuera du Gaz Naturel Comprimé (GNC) et du BioGNC (biométhane issu de la méthanisation). Le biométhane distribué dans cette station sera produit en Nouvelle-Aquitaine. L'utilisation de BioGNV permet une réduction des émissions de CO2 et de NOX, n'a aucune odeur, émet moins de particules fines et fait deux fois moins de bruit qu'un moteur diesel.

Energies Renouvelables – Chaleur renouvelable

6 dossiers pour un montant total de 142 282€ dont le dossier suivant :

30 626 euros pour une chaufferie bois  de la Commune de Burie (17)

La commune de Burie, située sur un territoire lauréat à l'appel à projet TEPOS (Territoire à Energie POSitive), souhaite l'installation d'une chaufferie bois pour alimenter le groupe scolaire et le complexe sportif. La superficie totale à chauffer représente 2 018 m² (soit une consommation annuelle en chauffage de 72 kWh/m²). La chaufferie sera alimentée par environ 35 tonnes de granulés de bois par an. Le projet économisera 46 tonnes de CO2 par an.