Aller au contenu principal
  1. Comment la Région soutient ses entreprises ?

Comment la Région soutient ses entreprises ?

Ce lundi 13 février, les élus réunis en assemblée plénière ont voté le règlement d’intervention des aides régionales aux entreprises. Celui-ci détermine les modalités d’accompagnement des entreprises par la Région Nouvelle-Aquitaine.

Start-up, TPE, PME, ETI, collectivités, structures publiques, associations… Toutes sont concernées par le règlement d’intervention d’aide aux entreprises adopté par la Région. Et ce, dans des filières aussi variées que l’industrie agroalimentaire et les filières agricoles, le bois et les industries papetières, l’aéronautique, la chimie verte, etc. (voir ci-après : 12 filières prioritaires)
Ce règlement d’intervention vise à mettre en œuvre la politique de développement économique régionale qui se veut « à fois innovante, au service de l’emploi et des territoires », rappelle Alain Rousset, président de Région. Un règlement organisé autour des 9 orientations du SRDEII, qui sont autant de priorités d’intervention identifiées par la Région (voir notre encadré en fin d’article : Schéma régional et règlement d’intervention : comment ça marche ?).

Transitions numériques, écologiques et énergétiques, et de mobilité

© credit photo : Alban Gilbert

« Les mutations -numériques, écologiques, énergétiques, de mobilité - qui traversent notre environnement remettent en cause de nombreux secteurs de l’économie et nous obligent à innover pour accompagner aux mieux et dans une perspective durable ces transitions », note le président de la Nouvelle-Aquitaine. Pour ce faire, l’accompagnement régional portera en priorité sur :

Le soutien à la transition numérique

  • soutien à l’économie numérique : transformation numérique des entreprises, soutien à l’écosystème, aide au prototypage numérique, à la production de jeux vidéo et à l’innovation ;
  • soutien au déploiement d'un réseau de tiers lieux ;
  • Généraliser les pratiques collaboratives e-santé interprofessionnelles dans les territoires ;
  • Déploiement du Très Haut Débit dans le cadre du plan national France Très haut débit,

La mobilité et les transports intelligents

  • expérimentations d’envergure de nouvelles technologies dédiées à la mobilité et aux transports intelligents ;
  • soutien des collectivités territoriales dans le déploiement de leurs services de mobilité au travers de «chèques à la mobilité» ;
  • stimuler l’innovation et la mise en réseau des acteurs via le lancement d'AMI et d'appels à projets,
  • Accélérer la promotion de la filière au niveau européen et à l’international

La transition énergétique

  • Renforcement de la compétitivité des entreprises par l’amélioration de leur performance énergétique ;
  • A aides à l’innovation pour l’exemplarité énergétique des bâtiments, le stockage et l’autoconsommation de l’électricité renouvelable, le déploiement de sites pilotes de valorisation énergétique de déchets organiques ;
  • Production d’énergie renouvelable ;
  • Développement de plates-formes d’approvisionnement en bois énergie

L’économie circulaire

  • Accompagner l'investissement en faveur du recyclage et du réemploi des déchets ;
  • Créer de nouvelles activités de collecte et de recyclage et développer de nouvelles filières de traitement ;
  • Accompagner les entreprises, les associations et les collectivités dans la faisabilité et la mise en œuvre de leurs projets par des prestations de conseil ;
  • Encourager les projets collectifs visant à prendre en compte une ou plusieurs dimensions de l’économie circulaire (achats durables, écoconception, écologie industrielle, recyclage des déchets…).

Renforcer la politique de filières

© Région Nouvelle-Aquitaine

12 filières prioritaires

La Région propose un socle d’intervention commun à l'ensemble des filières (actions collectives et aides à l'innovation). Elle privilégie 12 filières identifiées par le SRDEII, mais permet également le financement de toute autre filière non encore mâture, émergente, ou globale comme la croissance bleue. Ces 12 filières sont les suivantes :

 

  1. Industries agroalimentaires et filières agricoles
  2. Bois et industries papetière
  3. Aéronautique, spatial, défense et sous-traitance mécanique
  4. Matériaux avances
  5. Chimie Verte et Éco-procédés
  6. Filières vertes et écotechnologies
  7. Photonique
  8. Numérique
  9. Santé et bien-être
  10. Cuir, Luxe, Textile et Métiers d’art
  11. Tourisme
  12. Silver économie (approche transversale)

Les actions collectives visent à inciter les entreprises à se regrouper autour de stratégie partagées et d’objectifs communs, à créer un environnement ou un écosystème favorable à la compétitivité, à structurer des réseaux d’excellence…

Des dispositifs spécifiques

Pour les filières relevant de règlementations particulières, la Région propose également des dispositifs spécifiques. Cela concerne notamment :

  1. Filière forêt/Bois/papier 
    Combinaison de dispositifs propres et mesures forestières du programme de développement rural ;
     
  2. Agriculture, industries agro-alimentaires, pêche, aquaculture 

    Agriculture : aide à l’installation et plan de compétitivité et d’adaptation des exploitations agricoles ; dispositifs spécifiques d’intervention en période de crise.
    Filières alimentaires : structuration de la filière, amélioration de la compétitivité (PME et ETI) en adaptant le modèle usine du futur à ce secteur, internationalisation, démarches qualité et environnementales, circuits courts.
    Pêche aquaculture : améliorer la compétitivité des entreprises, accompagnement des structures professionnelles et centres techniques et scientifiques, soutien des démarches de développement local des territoires littoraux.
     

  3. Tourisme : accompagnement de projets de modernisation de l’offre d’hébergement touristique diversifiée (hôtellerie homologuée indépendante, hébergements classés et/ou labellisés et tourisme social) ; favoriser l’accès aux sites de visite et développer une offre de loisirs de proximité ; assister les opérateurs touristiques (réflexion, création, pérennisation de projets), poursuivre la transformation numérique de la filière.

Performance industrielle et Usine du futur

© Région Nouvelle-Aquitaine

« Accompagner le développement des acteurs économiques du territoire, c’est d’abord créer un environnement propice au renforcement de leur compétitivité, à leur croissance et à l’émergence de projets », commente Alain Rousset. C’est tout l’objet du dispositif Usine du Futur qui a vocation à accompagner les entreprises dans l’intégration des nouvelles technologies (robotique, technologies additives, réalité virtuelle…), la transformation numérique et la transition énergétique. Le tout en plaçant l’humain au cœur de la démarche. Objectif, d’ici à 2020 : 600 entreprises accompagnées dans cette démarche.

Accélérer le développement des territoires par l’innovation

« La performance de nos entreprises passe également par le développement d’un écosystème propice à l’émergence de projets innovants », selon Alain Rousset. En ce sens, l’action de la région poursuit 3 priorités :

  • L’articulation entre le transfert de technologie et l'innovation, afin de couvrir au mieux les relations entre la recherche dans les laboratoires et le développement des produits effectué dans les centres technologiques et les entreprises. Les projets collaboratifs et le lien laboratoires/entreprises sont particulièrement encouragés.
  • La Région soutien historiquement l’innovation dans les entreprises à travers l’aide à la R&D. L’action a été élargie à l’innovation au sens large et notamment aux initiatives territoriales pour favoriser des expérimentations locales (living labs).
  • Une partie spécifique est consacrée aux start-up afin de déployer la feuille de route start-up région.

Economie territoriale, entrepreneuriat et maillage du territoire

« Fortement présente en Nouvelle-Aquitaine, l’économie territoriale et de proximité concoure à assurer le maintien d’activités et de services de première nécessité, elle conforte l’emploi dans les zones fragilisées et garantie la cohésion sociale sur les territoires », rappelle Alain Rousset. C’est pourquoi la Région renforce son soutien aux très petites entreprises du commerce, des services et de l’artisanat. Son action porte sur :

  • Des aides à la création aux entreprises innovantes, à fort potentiel, mais aussi aux activités de proximité essentielles aux populations notamment dans les territoires fragiles ;
  • Un dispositif complet d’aide à la transmission/reprise comprenant des aides au conseil, à l’investissement au financement de la reprise ;
  • L’appui au développement pour accompagner l’investissement des entreprises dans des phases d’importantes transitions (numérique, innovation, diversification) ;
  • Des aides collectives à dimension territoriale ainsi que le financement des réseaux de l’accompagnement, relais de proximité indispensables à l’action régionale.

Ancrer durablement les différentes formes d'économie sociale et solidaire (ESS) sur le territoire régional

© Crédit Photo : Laurent Billiard

« 3e Région française en volume d’emplois dans l’ESS, avec plus de 220 000 salariés, la Nouvelle-Aquitaine renforcera son soutien à ce plan de l’économie structurant et innovant dans les territoires », souligne le président de Région.  L’action régionale en faveur de l’ESS est organisée en 3 grandes priorités :

  • Le soutien aux structures de l’insertion par l’activité économique pour les aider à se créer, investir, se diversifier, recruter, anticiper et résoudre leurs difficultés ;
  • Un soutien aux entreprises de l’ESS au sens large qui porte principalement sur la création de SCOP/SCIC, l’amorçage de projets associatifs, l’activité des Coopératives d’Activités et d’Emploi, des aides à la mutualisation de moyens et de projets, aux têtes de réseau, à la consolidation financière (prêts et garanties) ainsi que des aides ciblées à l’investissement ;
  • Encourager l’innovation sociale (ingénierie, amorçage, formation) via des appels à projets afin de faire émerger des activités répondant à des besoins sociaux non satisfaits.

Accompagner le retournement et la relance des territoires et des entreprises

© Crédit photo : Alban Gilbert

« La stratégie de la Région consiste à soutenir tous les territoires en donnant la priorité au développement de l’emploi par le soutien à l’activité économique et à la formation, dans un cadre contractuel pluriannuel, tout en menant une action différenciée en faveur des zones les plus fragiles. Ainsi, les territoires fragiles (définis sur la base de critères INSEE) bénéficieront de politiques correctrices, en mobilisant de manière accrue les interventions de la Région », explique Alain Rousset.

Cette orientation comprend 2 volets :

  • Un soutien aux territoires fragiles dont le cadre sera définit dans le futur règlement de la politique contractuelle ;

  • un soutien aux entreprises en difficultés. La Région souhaite intervenir le plus en amont possible via un système de veille. Elle interviendra également pour soutenir des entreprises aux difficultés avérées qui proposent un plan de relance économiquement viable. La Région mobilisera des aides au conseil pour poser le diagnostic et construire le redressement, ainsi que des aides au renforcement du haut de bilan : prêt public en complément de prêts bancaires et d’apport des actionnaires, dispositifs généraux de garantie et de prise de participation.

L’aide de la Région sera concentrée sur les entreprises à fort enjeux pour le territoire.

Renforcer l’internationalisation des entreprises et des écosystèmes et l’attractivité des territoires

L’action de la Région s’articule autour de 3 axes stratégiques :

  • l’internationalisation des entreprises. Structurée dans le cadre d’un parcours de l’export proposé aux entreprises en partenariat avec CCI International, l’action s’adresse aux primo exportateurs et exportateurs confirmés. Elle comprend également le recrutement de cadres export et de VIE ;

  • l’internationalisation des écosystèmes et des filières à travers le Programme Régional d’Actions Collectives à l’international (salons, missions en collectif) et le Programme de Développement International des Ecosystèmes, pour établir des connexions et des collaborations avec des lieux et des opérateurs de référence à l’international ;

  • le renforcement de l’attractivité de la Région pour attirer de nouveaux acteurs économiques et talents

Développer l’écosystème de financement des entreprises

« Soutenir le développement des acteurs économiques de notre territoire, c’est aussi proposer et mobiliser des outils adaptés aux besoins des entreprises et jouant un effet de levier décisif sur leur développement », précise Alain Rousset. C’est pourquoi la Région propose désormais :

  • un accompagnement des entreprises rencontrant des difficultés d’accès aux financements : conseil, orientation, mise en relation, intermédiation avec les organismes de financement ;
  • la structuration d’outil de fonds propres, garanties et prêts d’honneur harmonisés à l’échelle de la Nouvelle Aquitaine : fonds de co-investissement, participation au capital de société de capital-risque, capital développement et transmission pour conforter et élargir l’offre régionale en fonds propres, constitution de fonds de garantie avec des opérateurs spécialisés, apports de fonds aux associations de prêts d’honneur.
schéma régional et règlement d’intervention : comment ça marche ?

Le SRDEII (Schéma régional de développement économique, d’innovation et d’internationalisation) de la Nouvelle Aquitaine a été adopté par la Région le 19 décembre 2016 et approuvé par arrêté du préfet de Région du 27 décembre 2016. Il fixe le cadre stratégique de l’action économique publique en Nouvelle-Aquitaine.
Le règlement d’intervention, quant à lui, a pour objet de traduire ces orientations en modalités d’actions opérationnelles, au profit des entreprises et de leurs écosystèmes. Il permet à la Région d’unifier son action sur l’ensemble du nouveau territoire régional.

Les modalités d'accès à ces aides seront disponibles après contrôle de légalité par la préfecture.