Aller au contenu principal
  1. Agroécologie : les lycées à la pointe
lycees_agricole © Joel Peyrou

Agroécologie : les lycées à la pointe

Les établissements d’enseignement agricole, avec l’aide de la Région, se mettent à la pointe des nouvelles technologies et pratiques agricoles. L’agriculture de demain se joue dès le lycée.

Ils seront demain à la tête des exploitations agricoles de Nouvelle-Aquitaine ou seront des acteurs des filières agricoles. Eux, ce sont les futurs agriculteurs, viticulteurs, éleveurs, ostréiculteurs... Soit des milliers de jeunes actuellement sur les bancs des lycées agricoles, en centres d’apprentissage ou en formation continue. De multiples défis les attendent face aux mutations actuelles et aux demandes d’une société en quête de « mieux consommer ».
Ils seront alors au premier rang pour produire des aliments de qualité, impulser des pratiques plus respectueuses de l’environnement et du bien-être animal, anticiper les changements climatiques, veiller à la biosécurité dans leurs installations…

60 projets soutenus en 2018

Dès lors, pour la Région Nouvelle-Aquitaine, ces jeunes doivent pouvoir expérimenter et se familiariser avec les dernières technologies, comme les nouvelles pratiques culturales et d’élevage. Elle a ainsi lancé, fin 2017, un Appel à Manifestation d’intérêt (AMI) pour soutenir les investissements de modernisation des ateliers, des exploitations et des équipements à vocation pédagogique de ces établissements de formation. Non sans succès. L’ensemble des 22 Établissements publics local d'enseignement et de formation professionnelle agricole (EPLEFPA) de la région a postulé. Au total, 60 projets, programmés en 2018, seront ainsi accompagnés par le Conseil régional pour un montant de 1,7 million d’euros ; première tranche d’un programme de quatre ans.

Réduction des pesticides : une priorité

Une volonté forte se dégage, dans une majorité de ces établissements, de se convertir à l’agroécologie et de réduire au maximum l’utilisation des pesticides, en s’équipant notamment de matériels de travail du sol. D’autres priorités émergent : rénover leurs installations pour développer l’agriculture biologique et restructurer des bâtiments pour de meilleures conditions de travail et de bien-être animal. Ainsi, en Haute-Vienne, si le lycée agricole de Saint-Yrieix-la-Perche va procéder à la rénovation de son atelier pour bovins, d’autres établissements, eux, vont s’équiper de matériels pour la valorisation de viandes et de légumes à destination de la restauration collective. En Dordogne, dans plusieurs lycées, cap sera mis sur l’aménagement d’installations bio-sécurisées pour l’élevage de palmipèdes.

Pionniers des nouvelles technologies

Logiciels d’aide à la décision, drones, robots, simulateurs virtuels… Disposer des nouveautés technologiques, numériques et embarquées, apparaît aussi comme une nécessité. En Gironde, dans plusieurs lycées agricoles, les jeunes pourront ainsi bientôt expérimenter ce matériel high-tech, pour ajuster par exemple, grâce à des cartographies aériennes, les traitements préventifs. D’autres projets feront, eux, la part belle à une diversification des circuits de commercialisation via des aides à la modernisation de boutique de vente, comme en Charente, sur le site de l’Oisellerie. À la pointe, plus performants, ambassadeurs de pratiques écologiques, ces établissements modernisés seront à terme autant de « vitrines » et de lieux de diffusion de savoirs, ouverts sur les territoires et à tous les exploitants agricoles.

Agro-Smart-Campus

L’Agro-Smart-Campus, c’est le nom de cette expérimentation unique en France portée par la Région Nouvelle-Aquitaine (en partenariat avec bordeaux Sciences Agro, la DRAFF*, l’INRA, la Chambre régionale d’agriculture…), qui répond à la volonté d’enrichir, sur le long terme, la culture scientifique des structures d’enseignement agricole de Nouvelle-Aquitaine (MFR, lycée agricole, CFAA…), par la création de passerelles avec l’enseignement supérieur et la recherche (universités, Bordeaux Sciences Agro, l’INRA, CNRS….). L’objectif est de sensibiliser les jeunes, futurs exploitants ou salariés agricoles, aux avancées scientifiques et aux travaux de recherche de ces structures, afin qu’ils se saisissent des grands enjeux de demain comme l’agroécologie, les changements climatiques, l’autonomie alimentaire ou encore la robotisation. Concrètement, cette diffusion et valorisation de connaissances et des savoirs scientifiques et techniques, complémentaires aux programmes officiels, prend la forme de visites de terrains, de conférences ou de forums, co-construits avec les enseignants.

* Draaf : Direction régionale de l’agriculture, l’alimentation et la forêt Inra : Institut national de la recherche agronomique