Aller au contenu principal
  1. Remise des trophées « Installation innovante » des jeunes exploitant(e)s

Remise des trophées « Installation innovante » des jeunes exploitant(e)s

Julie Devic (Landes), Sylvie Jeanblanc (Creuse), Prescilla Pillet (Charente-Martime), David Martin (Gironde), Julien Rouffet (Creuse) et Cédric André (Charente) sont les lauréats des trophées « installation innovante » qui ont été décernés mercredi 2 mars 2016 sur le stand de la région au SIA.

Les parents, les amis, tout le monde est là et les lauréats ne cachent pas leur joie de recevoir le prix de l’installation innovante des mains du président Alain Rousset. Cette récompense est l’occasion pour la région de mettre à l’honneur le travail de ces jeunes agriculteurs qui ont choisi de prôner des démarches novatrices et liées à la transition énergétique.

Après une dizaine d’années passées en région parisienne, David Martin, issu du milieu agricole, revient à ses racines en s’installant au Taillan Médoc, en Gironde. En optant pour des méthodes naturelle et respectueuses de l’environnement, il mène depuis 2015 son activité de maraichage sur une petite surface. « La permacutlure est un outil de réflexion mis au point par les australiens dans les années 70 explique-t-il. Ce type d’exploitation de la terre permettra de répondre aux enjeux de santé publique qui nous attendent et de créer énormément d’emplois », assure David.

Grâce à son projet, Sylvie Jeanblanc, installée à Pigerolles, en Creuse, participe d’ores et déjà au développement économique de son territoire. « Nous élevons du bovin, des ovins, des porcins, tout en agriculture bio détaille-t-elle. Le côté innovant de notre GAEC est que nous avons monté un méthaniseur qui nous a permis d’accueillir un maraicher et un agriculteur qui élève des poulets bio ainsi qu’un séchoir à plaquettes. C’est une nouvelle agriculture nous permet d’avoir assez de produits pour vendre en circuit court dans les cantines, les restaurants et sur les marchés. La dernière étape sera l’ouverture prochaine d’une ferme auberge avec une boutique de producteurs. »

Le choix de l'innovation

Produire en circuit court et en quasi autonomie est une étape déjà franchie par Cédric André, agriculteur à Juille en Charente. Au sein de son exploitation mixte fromagère et laitière, il transforme plus de la moitié des 240 000 litres de lait. A cela, il faut ajouter 100 hectares de surface agricole qui offre à sa ferme une indépendance alimentaire. « Nous sommes autonomes à 98 %, assure le jeune homme, on nourrit notre cheptel avec les céréales et le foin produits sur nos terres. C’est vrai que c’est un peu plus compliqué, il faut de la surface, des bras et gérer les fonds mais il y moins d’intermédiaires… ».

Pour ces jeunes, faire le choix de l’innovation est synonyme de développement économique. C’est ainsi que Julien Rousset, éleveur de bovins-viande et d’ovins-viande à Chambonchard en Creuse, a favorisé le photovoltaïque pour passer à la vitesse supérieure. « En 2011, avant mon installation, mon père a fait construire un bâtiment avec des panneaux photovoltaïque. Une fois cette construction terminée, on a décidé de l’aménager et on a ainsi pu doubler le nombre des brebis pour atteindre les 200 » affirme-t-il.

Julie, elle, s’est lancée il y a maintenant trois ans au sein de sa ferme de Campagne dans les Landes, dans la spiruline. Un produit de niche, qui a actuellement le vent en poupe. « La spiruline est une micro algue toute petite qui est considérée comme un des aliments les plus riches au monde, explique-t-elle. On est une centaine de producteurs en France. C’est une production nouvelle qui s’écoule surtout en vente directe et dans quelques magasins bio. Il y a des débouchés énormes et cette culture est particulièrement innovante car on fait tout : on récolte la spiruline sur des filtres et ensuite elle est pressée, transformée en spaghetti puis déshydratée. »

Les consommateurs pour leur part sont séduits par ce discours portés par de jeunes agriculteurs fortement engagés dans l’avenir de leur profession tel que l’atteste Xavier Pillet, venu recevoir le prix de son épouse Mélissa exploitante à Saint-Germain-de-Seudre en Charente-Maritime : « L’innovation est une conviction et en plus l’avenir va dans ce sens car le consommateur final est aussi sensible à cet argument. »

Parmi les critères d’éligibilité

Julien Rouffet, jeune éleveur installé à Chambonchard (Creuse) ©ovinlimousin
Julien Rouffet, éleveur ovin dans la Creuse © ovinlimousin
  • Avoir son siège d’exploitation en région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes ;
  • Avoir moins de 40 ans ;
  • Engagement de l’exploitation dans des démarches innovantes.

Concernant ce dernier point, l’innovation peut être définie par la prise en compte de la dimension de transition énergétique à savoir le passage du système énergétique actuel utilisant des ressources non
renouvelables vers un bouquet énergétique basé principalement sur des ressources renouvelables

Exemples de déclinaisons de ce principe

  • L’exploitation comprend des équipements innovants destinés à en augmenter l’autonomie énergétique,
  • Les bâtiments sont construits avec des matériaux innovants et/ou écologiques (ex : construction bois, chanvre…),
  • L’exploitation produit une partie de sa consommation en énergie (ex : installations éoliennes, chaudière bois alimentée avec du bois des haies bocagères locales, unité de méthanisation, utilisation de biomasse, etc.)…

Une expoloitation adaptée au changement climatique

  • Par la mise en place de pratiques agronomiques (ex : cultures adaptées au contexte pédoclimatique…)

Par une utilisation rationnelle du matériel ex : matériel partagé, adhésion à une CUMA, acquisition de matériel adapté et non polluant..