Aller au contenu principal
  1. MÉCA , la Maison de l’économie créative et de la culture
Meca © Alexandre Dupeyron

MÉCA : une nouvelle dynamique culturelle

La MÉCA accueille le Frac Nouvelle-Aquitaine-MÉCA (Fonds régional d'art contemporain) et les deux agences culturelles régionales : ALCA (Agence Livre, Cinéma et Audiovisuel) et l'Oara (Office artistique de la Région), Parvis Corto Maltese à Bordeaux, en bordure de Garonne et à proximité de la gare Saint-Jean. Objectif de cette maison commune : générer une hybridation créative et devenir un outil d’accompagnement des nouvelles économies culturelles, un véritable hub de la création artistique régionale.

Méca
Méca © Alexandre Dupeyron
Sommaire
  1. Qu'est-ce que la MÉCA ?
  2. Un projet architectural fort
  3. Un aperçu du chantier en photos et vidéo
  4. 1% artistique à la Méca : "Un détail" de Benoît Maire lauréat du concours
  5. La MÉCA en chiffres et en dates
  6. Une nouvelle dynamique culturelle

Qu'est-ce que la MÉCA ?

Davantage de résidences d’artistes, un plateau scénique exceptionnel, une salle de projection, des possibilités d’expositions nouvelles, une pépinière de jeunes talents… Sur 12 000 m², au sein d’un bâtiment totem hors-norme, la MÉCA offrira aux professionnels un champ d’action unique et augmenté.
La MÉCA, c’est aussi une ouverture au public, qui propose interactions et rencontres aux habitants du quartier et de la ville, aux visiteurs nationaux et internationaux. Le Frac Nouvelle-Aquitaine MÉCA, dont l’une des missions de service public repose sur la diffusion de l’art contemporain, proposera chaque année 3 à 4 grandes expositions en plus de ses nombreuses actions de médiation innovantes auprès de publics variés (scolaires, hôpitaux, médiathèques, etc…). Les agences culturelles OARA et ALCA proposeront quant à elles des rendez-vous réguliers avec le public comme des projections ou des sorties de résidences.

Lire l'interview croisée des responsables de ces trois structures

Voir le site de la MÉCA

Enfin, le café restaurant de la MÉCA (d’où son nom malicieusement abrégé, LE CREM) va décliner sa carte en fonction de la programmation prévue. En proposant par exemple, le temps d’une exposition d’art contemporain, un menu entièrement monochrome. « L’idée, explique la société Envol, qui a remporté la gestion du restaurant, est de prolonger à table l’esprit créatif de la MÉCA. » Le CREM compte bien être le quatrième pilier de la maison en accueillant convives et visiteurs autour d’une grande table unique de cinquante-six couverts en forme de croix, designée par l’architecte Bjarke Ingels. A mi-chemin entre la table d’hôte, la vente à emporter, le bar et le bistrot gourmet, le restaurant assurera un service continu de 8 heures à 23 heures. Avec, bien sûr, l’engagement de privilégier les produits locaux, bio ou provenant d’une agriculture raisonnée. La société Envol, entreprise de l’économie sociale et solidaire, doit recruter quinze salariés. Plusieurs postes seront réservés à des personnes éloignées de l’emploi.

Meca_restaurant
Meca_restaurant © BIG-Bjarke Ingels Group

Un projet architectural fort

Implantée sur les berges de la Garonne, sur le site des anciens abattoirs à l’extrémité de la Halle Boca, la MÉCA est un signal urbain audacieux de 14 000 m², 120 mètres de long et 37 mètres de haut. Pour Bjarke Ingels, l’architecte du projet, « le bâtiment forme une boucle verticale qui lie dans un seul mouvement les anciens abattoirs aux berges de la Garonne, en créant un espace en creux, au centre de la MÉCA, relié par des rampes ». Cet espace baptisé « chambre urbaine », donne au bâtiment une profondeur et une transparence uniques. Ses jeux de géométries et ses lignes très affirmées confèrent au projet un caractère cinétique : l’entrée de ville, que ce soit par le train ou par la voiture, donne l’illusion étonnante d’un site en mouvement, dont les perspectives et les points de fuite semblent se distordre à mesure que l’on s’en approche.

Une réalisation hors norme et certifiée

Un travail de recherche et développement méticuleux, maîtrisé par les bureaux d’études internes de GTM Bâtiment Aquitaine et VINCI Construction France, a permis d’élaborer un système respectant les souhaits architecturaux dans leur moindre détail.

Le bâtiment suit les standards de certification HQE :

  • chantier à faible impact environnemental
  • performance énergétique maintenue suivant la RT 2012 raccordement au réseau de chaleur de la ZAC ayant obtenu un titre V (innovation validée par le ministère de l’énergie)
  • limitation de consommations énergétiques et respect des conditions hygrothermiques de conservation des œuvres
  • étude poussée sur la diffusion d’air afin d’assurer le confort des occupants
  • recours en partie à des isolants biosourcés

Le projet expliqué par Bjarke Ingels, architecte de la Méca :

Un chantier d'envergure

L'ouvrage, qui laisse une large place au béton brut apparent, est réalisé par 24 entreprises (dont le groupement mené par GTM Bâtiment Aquitaine, pour le macro-lot clos-couvert) 

  • 19 lots
  • 24 entreprises dont 16 en Nouvelle-Aquitaine
  • 16 620 heures dédiées à la clause d’insertion par l’économie
  • 251 pieux
  • 11 000 m3 de béton
  • 800 tonnes d'armatures
  • une charpente métallique de 750 tonnes
  • 4 800 pièces de panneaux de vêture

Les équipes du chantier MÉCA

Un aperçu du chantier en photos et vidéo

Meca
Meca © Alexandre Dupeyron
Meca
Meca © Alexandre Dupeyron
Meca
Meca © Alexandre Dupeyron
Meca
Meca © Alexandre Dupeyron
Meca
Meca © Alexandre Dupeyron
Meca
Meca © Alexandre Dupeyron
Meca
Meca © Alexandre Dupeyron
Meca
Meca © Alexandre Dupeyron
Meca
Meca © Alexandre Dupeyron
Meca
Meca © Alexandre Dupeyron
Meca
Meca © Alexandre Dupeyron
Meca
Meca © Alexandre Dupeyron
Méca - Chantier
Méca - Chantier © BIG-Freak
Méca - Chantier
Méca - Chantier © BIG-Freak
Méca - Chantier
Méca - Chantier © BIG-Freak
Meca juillet 2017
Meca juillet 2017 © Alexandre Dupeyron
Meca juillet 2017
Meca juillet 2017 © Alexandre Dupeyron
Meca juillet 2017
Meca juillet 2017 © Alexandre Dupeyron
Meca juillet 2017
Meca juillet 2017 © Alexandre Dupeyron
Meca juillet 2017
Meca juillet 2017 © Alexandre Dupeyron
Meca juillet 2017
Meca juillet 2017 © Alexandre Dupeyron
Meca juillet 2017
Meca juillet 2017 © Alexandre Dupeyron
Meca juillet 2017
Meca juillet 2017 © Alexandre Dupeyron

1% artistique à la Méca : "Un détail" de Benoît Maire lauréat du concours

Benoit_Maire
Benoit_Maire © DR

Le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine se réjouit d'accueillir sur les abords de la MÉCA une œuvre pérenne d'un artiste originaire de Pessac. Dans le cadre du 1% artistique (dispositif d'État qui institue la création contemporaine associée à la création architecturale publique) associé à l'édification de la MÉCA, le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine a lancé début 2017 un appel à candidature pour un montant de 300 000 €. Parmi les quatre candidats admis à concourir, c'est Benoît Maire, avec l'œuvre « Un détail », qui a été choisi après avis du comité artistique et décision de la Région.
Les gradins extérieurs de la MÉCA accueilleront l'œuvre de l'artiste qui représente une demi-tête d'Hermès en bronze. "Telle qu'elle est placée, la demi-tête semble être coupée par le bâtiment lui-même. La moitié absente de la sculpture est à compléter par le spectateur dans l'intérieur vidé de la chambre urbaine. Ce travail de l'imagination est renforcé par le fini poli-miroir de la tranche coupée qui permet de faire l'expérience de la réflexion dans son sens littéral. Ce miroir en bronze permet aussi de refléter l'extérieur et augmente les points de vue photogéniques de l'ensemble du site", précise Benoît Maire à propos de sa démarche.

Les chiffres-clés de l'œuvre

  • Hauteur : 3,18 m
  • Poids : 800 kg
  • 5 parties à assembler
  • 1 socle-structure
  • 5 mois de fabrication

Plus d’information sur le site de l’artiste.

La MÉCA en chiffres et en dates

  • 14 000 m² de surface totale
  • 11 000m3 de béton
  • 37 mètres de haut
  • 120 mètres de long
  • 850 m² de terrasse belvédère
  • 24 entreprises mandatées pour le projet, dont 16 issues de Nouvelle-Aquitaine
  • 60 millions d’euros : 56 millions d’euros portés la Région Nouvelle-Aquitaine, 4 millions d’euros par le ministère de la Culture

Frac Nouvelle-Aquitaine et Méca

  • 1 200 m² de salles d'expositions temporaires
  • 900 m² de réserve
  • 1 auditorium de 90 places sur 120 m²
  • 3 grandes expositions annuelles
  • Près de 50 rendez-vous (rencontres, conférences, ateliers, visites, performances, etc.)
  • Près de 25 expositions en Nouvelle-Aquitaine
  • 5 résidences par an accueillies au sein du pôle "novation et création"
  • 1 réseau de plus de 100 partenaires en région
  • 50 000 visiteurs attendus

Alca et Méca

  • 1 salle de cinéma de 80 places
  • 2 bureaux de production
  • 1 espace d'incubation de projets
  • 1 programme annuel de projection de films
  • 1 programme annuels de rencontres professionnelles

Oara et Méca

  • 1 scène de création de 360 m² configurable
  • 1 studio de création de 85 m²
  • 25 résidences accueillies par saison
  • 35 rendez-vous annuels avec le grand public

Dates clés

  • 2006 : Engagement d’une réflexion de la part d’Alain Rousset, président du Conseil régional d’Aquitaine, sur la nécessité de créer un espace commun entre le Frac Aquitaine et les agences culturelles AIC/ARPEL et OARA.
  • 2007 : Constitution d’un comité de pilotage pour le projet d’un nouveau Frac Aquitain. L’agence d’urbanisme de Bordeaux Métropole Aquitaine A’Urba est missionnée pour une étude d’implantation sur l’agglomération de Bordeaux.
  • 2008 : Alain Rousset annonce son choix d’une implantation sur le site des anciens abattoirs de Bordeaux, quai de Paludate.
  • 2009-2010 : Étude de programmation par le cabinet Aubry et Guiguet.
  • 2011 : Lancement du concours de Maîtrise d’œuvre. 
  • 2012 : Attribution du marché de maîtrise d’œuvre au cabinet d’architecte international BIG – Bjarke Ingels Group.
  • 2012-2015 : Phase d’études de maîtrise d’œuvre.
  • 2015 : Consultation des entreprises.
  • 2016 : Lancement du chantier de la MÉCA.
  • 2018 : Choix du 1% artistique.
  • 2019 : Inauguration de la MÉCA.

 

Une nouvelle dynamique culturelle