Aller au contenu principal
  1. MÉCA , la Maison de l’économie créative et de la culture
Meca © Alexandre Dupeyron

MÉCA : une nouvelle dynamique culturelle

Ouverte au public à partir du 29 juin 2019, la MÉCA accueille le Frac Nouvelle-Aquitaine-MÉCA (Fonds régional d'art contemporain) et les deux agences culturelles régionales : ALCA (Agence Livre,  Cinéma et Audiovisuel) et l'Oara (Office artistique de la Région), quai de Paludate à Bordeaux, à proximité de la gare Saint-Jean.
Objectif de cette maison commune : générer une hybridation créative et devenir un outil d’accompagnement des nouvelles économies culturelles, un véritable hub de la création artistique régionale.

Sommaire
  1. Qu'est-ce que la MÉCA ?
  2. Frac, Oara, ALCA : 3 structures pour un soutien à la culture et à la création
  3. Un projet architectural fort
  4. Le projet expliqué par Bjarke Ingels, architecte de la Méca :
  5. Un chantier d'envergure
  6. Les équipes du chantier MECA
  7. Point d'étape du chantier
  8. Un aperçu du chantier en photos
  9. 1% artistique à la Méca : "Un détail" de Benoît Maire lauréat de l'appel à candidature
  10. Une nouvelle dynamique culturelle

Qu'est-ce que la MÉCA ?

  1. Le symbole de la dynamique culturelle de la Région Nouvelle-Aquitaine

    Voulue, portée et financée par la Région Nouvelle-Aquitaine, en partenariat avec le ministère de la Culture, la MÉCA réunira, dans un même espace, trois organismes participant à la richesse et au dynamisme culturel et artistique du territoire : les deux agences régionales dédiées au spectacle vivant (OARA), aux filières du Livre, du Cinéma et de l’Audiovisuel (ALCA) et le Frac Nouvelle-Aquitaine MÉCA (Fonds régional d’art contemporain).
    Un lieu emblématique incarnant significativement le rayonnement culturel de la Région : « Les politiques culturelles d’une aussi grande Région méritaient un équipement de cette ampleur, explique Alain Rousset, président de la Région Nouvelle-Aquitaine. Tant par son emplacement que par sa programmation, la MÉCA incarne un élément pivot dans la nouvelle dynamique de la Région. »
     

  2. Un laboratoire d’expérimentation et de recherche artistique inédit

    Plus de résidences d’artistes, un plateau scénique exceptionnel, une salle de projection, des possibilités d’expositions nouvelles, une pépinière de jeunes talents… Sur 18 000 m², au sein d’un bâtiment totem hors-norme, la MÉCA offrira aux professionnels un champ d’action unique et augmenté. À travers cette colocation et la mutualisation d’espaces partagés, la Région Nouvelle-Aquitaine entend ainsi générer une synergie de projets interdisciplinaires et proposer des outils adaptés aux exigences des filières créatives contemporaines.
     

  3. Un projet bâti au carrefour des territoires

    Très visible depuis la rive droite de la Garonne, le pont ferré (LGV), aisément accessible depuis la nouvelle gare, la MÉCA signe un acte essentiel de transformation d’un quartier en pleine mutation : Saint-Jean Belcier. En affirmant le choix d’une implantation au coeur de l’une des plus vastes opérations d’aménagement de France, Bordeaux Euratlantique, la MÉCA se positionne sur un axe transatlantique reliant Bruxelles à Bilbao et Barcelone. Elle replace ainsi la Nouvelle-Aquitaine dans le jeu des grandes régions européennes à fort rayonnement culturel et offre aux créateurs néo-aquitains une visibilité accrue. La proximité de la gare symbolise cette ouverture « aux territoires » et fait de la MÉCA un véritable hub de la création artistique.
     

  4. Des coulisses de la création ouvertes au public

    La MÉCA va conjuguer des espaces dédiées aux professionnels des filières créatives (création, production, diffusion), et une ouverture au public, en proposant interactions et rencontres aux habitants du quartier et de la ville, aux visiteurs nationaux et internationaux. Le Frac Nouvelle-Aquitaine MÉCA, dont l’une des missions de service public repose sur la diffusion de l’art contemporain, proposera chaque année 3 à 4 grandes expositions en plus de ses nombreuses actions de médiation innovantes auprès de publics variés (scolaires, hôpitaux, médiathèques, etc…). Les agences culturelles OARA et ALCA proposeront quant à elles des rendez-vous réguliers avec le public comme des projections ou des sorties de résidences.

Débuté en mai 2016, ce chantier doit s'achever en juin 2019
Le budget total de l'opération est de 60 millions d'euros dont 42 millions pour les travaux, avec un financement réparti entre :

Méca - Entrée et chambre urbaine
Méca - Entrée et chambre urbaine
Méca - Vue de nuit
Méca - Vue de nuit
Méca - Restaurant
Méca - Restaurant
Méca - Frac
Méca - Frac
Méca - Vue de nuit
Méca - Vue de nuit
Méca - Café
Méca - Café
Méca - Terrasse
Méca - Terrasse
Méca - Théâtre Oara
Méca - Théâtre Oara
Méca - Oara salle de danse
Méca - Oara salle de danse

Frac, Oara, ALCA : 3 structures pour un soutien à la culture et à la création

Le projet du Pôle régional de la culture et de l’économie créative a été conçu comme une maison commune autour de l'artistique où graviteront réalisateurs, artistes plasticiens, chorégraphes, comédiens, auteurs... et dans laquelle le public sera au plus proche de la création en train de se faire.
Il regroupera sur un même site les trois institutions régionales culturelles : l'ALCA , le Frac et l’Oara.

Frac Nouvelle-Aquitaine-MÉCA – Fonds régional d’art contemporain

Le Frac Nouvelle-Aquitaine-MÉCA soutient la création contemporaine par le biais de la constitution d’une collection qu’il diffuse à travers des expositions en région, en France et à l’étranger.
Au sein de la MÉCA, le Frac Nouvelle-Aquitaine-MÉCA disposera d’espaces d’expositions, de réserves et de salles dédiées à l’expérimentation d’actions innovantes qui lui permettront de développer ses missions de conservation, diffusion et médiation et d’accueillir artistes, professionnels et publics.

Installé sur le pont supérieur de la MÉCA, le Frac Nouvelle-Aquitaine-MÉCA se déploie sur trois niveaux :

  • Le R+4 accueille les réserves de la collection (sculptures, photographies, dessins, peintures…). A proximité, s’agencent les espaces de la régie nécessaires au conditionnement et à la manipulation des oeuvres. Sur ce même niveau à caractère technique, se trouve une des nouveautés du futur Frac, le pôle de production d’oeuvres qui a vocation à accueillir des artistes en résidence en lien avec les entreprises du territoire.
  • Au R+5, se situent les espaces d’expositions, avec un plateau modulable de 1 000m²  + 2 Black Box, en lien avec une terrasse panoramique de 800m2, ainsi que les bureaux et un centre de ressources.
  • Au R+6, l’expérience de la visite se poursuivra à travers les salles de médiation, d’expérimentation et d’accueil des scolaires. L’auditorium du Frac (90 places + projection numérique) jouxte un foyer belvédère sur les espaces expositions.

Frac Nouvelle-Aquitaine et MÉCA en résumé et en chiffres

  • 1200 m² de salles d'expositions temporaires
  • 900 m² de réserve
  • 1 auditorium de 90 places sur 120 m²
  • 3 grandes expositions annuelles
  • Près de 50 rendez-vous (rencontres, conférences, ateliers, visites, performances, etc.)
  • Près de 25 expositions en Nouvelle-Aquitaine
  • 5 résidents accueillis au sein du pôle "novation et création"
  • 1 réseau de plus de 100 partenaires en région
  • 50 000 visiteurs attendus

Oara – Office artistique de la Région Nouvelle-Aquitaine

Agence culturelle de la Région en charge du spectacle vivant, l’Oara accompagne le développement des équipes artistiques, contribue à la structuration et à l’animation de la filière et favorise une offre artistique et culturelle équitable en région.

Au sein de la MÉCA, l’Oara disposera d’un plateau de travail de 400 m² avec une grande salle modulable de 266 places et d’un studio de création.
Il s'agit d’offrir aux artistes (théâtre, danse, musiques, performances pluridisciplinaires) la possibilité de créer et de confronter leurs étapes de création/recherche lors des sorties publiques qui concluent chaque résidence.

  • Au premier étage se trouve le foyer des artistes en résidences avec loges. 
  • Au 2ème étage se trouve le studio de création et une pépinière "d’artistes en émergence".
  • Le troisième étage est dédié au pôle administratif.

OARA et Méca en résumé et en chiffres

  • 1e scène de création de 360 m² configurable
  • 1 studio de création de 80 m²
  • 25 résidences par saison à la MÉCA
  • 35 rendez-vous annuels avec le grand public

ALCA - Agence Livre,  Cinéma et Audiovisuel 

L'ALCA est l’interlocuteur des professionnels du livre et de l’écrit, du cinéma et de l’audiovisuel de la Nouvelle-Aquitaine.

Au sein de la MÉCA, un centre de documentation et de ressources et une salle de projection permettront à l’agence de développer son action en direction des professionnels de la région.
ALCA rassemble sur une surface totale de 1 900 m², cette salle de projection de 110 m² proposant 80 sièges, un foyer réception et une pépinière d’éditeurs, ainsi qu'un espace de consultation du fonds audiovisuels, et des bureaux de productions et tournages.

ALCA et MÉCA en résumé et en chiffres

  • 1e salle de cinéma de 80 places
  • 2 bureaux de production
  • 1 espace d'incubation de projets
  • 1 programme annuel de projection de films
  • 1 programme annuels de rencontres professionnelles

Les espaces partagés

Le bâtiment de la MÉCA intègre aussi :

  • une promenade et "chambre urbaine" accessible aux promeneurs 24/24h et 7/7j ;
  • un grand Foyer - agora de 700 m2, auditorium, permettant conférences, concerts, performances ;
  • un restaurant : au rez-de-chaussée avec vue sur la Garonne, il compte 55 couverts et proposera 2 services 7 jours /7 ;
  • une terrasse et un espace café en R+5 proposant une vue sur Bordeaux à 24m de hauteur, avec une exposition des oeuvres monumentales du Frac, accessible à tous aux horaires d’ouverture de la MÉCA.

Lire l'interview croisée des responsables de ces trois structures

Méca=frac+oara+alca
Méca=frac+oara+alca © MECA

Un projet architectural fort

Un bâtiment en mouvement

Implantée sur les berges de la Garonne, sur le site des anciens abattoirs à l’extrémité de la Halle Boca, la MÉCA est un signal urbain audacieux de 18 000 m², 120 mètres de long et 37 mètres de haut. Pour Bjarke Ingels, « le bâtiment forme une boucle  verticale qui lie dans un seul mouvement les anciens abattoirs, aux berges de la Garonne, en créant un espace en creux, au centre de la MÉCA, relié par des rampes ». Cet espace baptisé « chambre urbaine », donne au bâtiment une profondeur et une transparence uniques. Ses jeux de géométries et ses lignes très affirmées confèrent au projet un caractère cinétique : l’entrée de ville, que ce soit par le train ou par la voiture, donne l’illusion étonnante d’un site en mouvement, dont les perspectives et les points de fuite semblent se distordre à mesure que l’on s’en approche.

Un geste architectural audacieux

Cette arche se compose d’un socle biseauté en rez-de-chaussée, de deux “jambes” latérales asymétriques et d’un volume en pont reliant l’ensemble en partie haute. Cette dynamique est renforcée par un traitement topographique d’une partie de l’espace public avec un jeu de gradins et de rampes. Le matériau de la promenade se plie pour former le toit de l’entrée principale, puis se développe à la verticale le long de la cage de scène de l’OARA, se replie horizontalement le long du volume en suspens du Frac Nouvelle-Aquitaine- MÉCA pour redescendre de l’autre côté le long des bureaux et des archives de l’ALCA. L’ensemble est recouvert de 4 800 panneaux de béton, dont la teinte évoque la pierre beige, caractéristique du port de la Lune, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Une réalisation hors norme et certifiée

Un travail de recherche et développement méticuleux, maîtrisé par les bureaux d’études internes de GTM Bâtiment Aquitaine et VINCI Construction France, a permis d’élaborer un système respectant les souhaits architecturaux dans leur
moindre détail.
Le bâtiment suit les standards de certifi cation HQE :

  • recours en partie à des isolants biosourcés
  • chantier à faible impact environnemental
  • performance énergétique maintenue suivant la RT 2012
  • raccordement au réseau de chaleur de la ZAC ayant obtenu un titre V (innovation validée par le ministère de l’énergie)
  • limitation de consommations énergétiques et respect des conditions hygrothermiques de conservation des oeuvres
  • étude poussée sur la diffusion d’air afi n d’assurer le confort des occupants

Il a été conçu par BIG (Bjarke Ingels Group) et Freaks freearchitects

  • BIG (Bjarke Ingels Group) regroupe des architectes, des designers et des penseurs travaillant dans les domaines de l’architecture, du design urbain, de la recherche et du développement.
    De réputation internationale, BIG réalise des projets avant-gardistes du point de vue technique et programmatique, tout en étant conçus pour utiliser des ressources et des matériaux à coûts raisonnables.
  • Freaks freearchitects est une agence d’architecture basée à Paris, dirigée par trois architectes (Guillaume Aubry, Cyril Gauthier, Yves Pasquet) qui favorise la prospection, la recherche et l’expérimentation architecturales à travers différents types de projets qui vont de l’installation artistique de petite échelle aux grands concours d’architecture internationaux.

Le projet expliqué par Bjarke Ingels, architecte de la Méca :

Un chantier d'envergure

L'ouvrage, qui laisse une large place au béton brut apparent, est réalisé par 24 entreprises (dont le groupement mené par GTM Bâtiment Aquitaine, pour le macro-lot clos-couvert) 

  • 19 lots
  • 24 entreprises dont 16 en Nouvelle-Aquitaine
  • 50 ouvriers sur le chantier en janvier 2017
  • 16 620 heures dédiées à la clause d’insertion par l’économie
  • 251 pieux
  • 11 000 m3 de béton
  • 800 tonnes d'armatures
  • une charpente de 750 tonnes

Les équipes du chantier MECA

Point d'étape du chantier

En janvier dernier, alors que la quasi totalité des grandes baies vitrées a été installée, l'habillage de la pile d'ALCA a démarré tout comme l'installation des planchers chauffants. En mars, commencera la pose des éléments de façade sur la pile de l'OARA tandis qu'à l'intérieur devrait s'achever la mise en place du grill technique (un plancher à claire-voie au travers duquel passent les fils de manœuvre des décors et les équipements d'éclairage) de la cage de scène. Le studio de création de l'OARA et la salle de projection d'ALCA commenceront à prendre forme avec les travaux de second œuvre. 

Un aperçu du chantier en photos

Méca - Chantier Agrandir l'image
Méca - Chantier © Iván Mata
Méca - Chantier Agrandir l'image
Méca - Chantier © Iván Mata
Méca - Chantier Agrandir l'image
Méca - Chantier © Iván Mata
Méca - Chantier Agrandir l'image
Méca - Chantier © Iván Mata
Méca - Chantier Agrandir l'image
Méca - Chantier © Iván Mata
Méca - Chantier Agrandir l'image
Méca - Chantier © Iván Mata
Méca - Chantier Agrandir l'image
Méca - Chantier © Iván Mata
Méca - Chantier Agrandir l'image
Méca - Chantier © Iván Mata
Méca - Chantier Agrandir l'image
Méca - Chantier © Iván Mata
Méca - Chantier Agrandir l'image
Méca - Chantier © Iván Mata
Méca - Chantier Agrandir l'image
Méca - Chantier © Iván Mata
Méca - Chantier Agrandir l'image
Méca - Chantier © Iván Mata
Méca - Chantier Agrandir l'image
Méca - Chantier © Iván Mata
Méca - Chantier Agrandir l'image
Méca - Chantier © Iván Mata
Méca - Chantier Agrandir l'image
Méca - Chantier © Iván Mata
Méca - Chantier Agrandir l'image
Méca - Chantier © Iván Mata
Méca - Chantier Agrandir l'image
Méca - Chantier © Iván Mata
Méca - Chantier Agrandir l'image
Méca - Chantier © Iván Mata
Méca - Chantier Agrandir l'image
Méca - Chantier © Iván Mata
Méca - Chantier Agrandir l'image
Méca - Chantier © Iván Mata
Meca juillet 2017
Meca juillet 2017 © Alexandre Dupeyron
Meca juillet 2017
Meca juillet 2017 © Alexandre Dupeyron
Meca juillet 2017
Meca juillet 2017 © Alexandre Dupeyron
Meca juillet 2017
Meca juillet 2017 © Alexandre Dupeyron
Meca juillet 2017
Meca juillet 2017 © Alexandre Dupeyron
Meca juillet 2017
Meca juillet 2017 © Alexandre Dupeyron
Meca juillet 2017
Meca juillet 2017 © Alexandre Dupeyron
Meca juillet 2017
Meca juillet 2017 © Alexandre Dupeyron
Meca juillet 2017
Meca juillet 2017 © Alexandre Dupeyron
Meca juillet 2017
Meca juillet 2017 © Alexandre Dupeyron
Meca juillet 2017
Meca juillet 2017 © Alexandre Dupeyron
Meca juillet 2017
Meca juillet 2017 © Alexandre Dupeyron
Meca juillet 2017
Meca juillet 2017 © Alexandre Dupeyron
Meca juillet 2017
Meca juillet 2017 © Alexandre Dupeyron
Meca juillet 2017
Meca juillet 2017 © Alexandre Dupeyron
Meca juillet 2017
Meca juillet 2017 © Alexandre Dupeyron
Meca juillet 2017
Meca juillet 2017 © Alexandre Dupeyron
Meca juillet 2017
Meca juillet 2017 © Alexandre Dupeyron
Meca juillet 2017
Meca juillet 2017 © Alexandre Dupeyron
Meca juillet 2017
Meca juillet 2017 © Alexandre Dupeyron
Meca juillet 2017
Meca juillet 2017 © Alexandre Dupeyron
Meca Agrandir l'image
Meca © Alexandre Dupeyron
Meca Agrandir l'image
Meca © Alexandre Dupeyron
Meca Agrandir l'image
Meca © Alexandre Dupeyron
Meca Agrandir l'image
Meca © Alexandre Dupeyron
Meca Agrandir l'image
Meca © Alexandre Dupeyron
Meca Agrandir l'image
Meca © Alexandre Dupeyron
Meca Agrandir l'image
Meca © Alexandre Dupeyron
Meca Agrandir l'image
Meca © Alexandre Dupeyron
Meca Agrandir l'image
Meca © Alexandre Dupeyron
Meca Agrandir l'image
Meca © Alexandre Dupeyron
Meca Agrandir l'image
Meca © Alexandre Dupeyron
Meca Agrandir l'image
Meca © Alexandre Dupeyron
Meca Agrandir l'image
Meca © Alexandre Dupeyron
Meca Agrandir l'image
Meca © Alexandre Dupeyron
Meca Agrandir l'image
Meca © Alexandre Dupeyron
Meca Agrandir l'image
Meca © Alexandre Dupeyron
Meca Agrandir l'image
Meca © Alexandre Dupeyron
Meca Agrandir l'image
Meca © Alexandre Dupeyron
Meca Agrandir l'image
Meca © Alexandre Dupeyron
Meca Agrandir l'image
Meca © Alexandre Dupeyron
Meca Agrandir l'image
Meca © Alexandre Dupeyron
Meca Agrandir l'image
Meca © Alexandre Dupeyron
Meca Agrandir l'image
Meca © Alexandre Dupeyron
Meca Agrandir l'image
Meca © Alexandre Dupeyron
Meca Agrandir l'image
Meca © Alexandre Dupeyron
Meca Agrandir l'image
Meca © Alexandre Dupeyron
Meca Agrandir l'image
Meca © Alexandre Dupeyron
Meca Agrandir l'image
Meca © Alexandre Dupeyron
Meca Agrandir l'image
Meca © Alexandre Dupeyron

1% artistique à la Méca : "Un détail" de Benoît Maire lauréat de l'appel à candidature

Le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine se réjouit d'accueillir sur les abords de la MÉCA une œuvre pérenne d'un artiste originaire de Pessac.  

Dans le cadre du 1% artistique (dispositif imposé par l'État lors de la construction d'un bâtiment public) associé à l'édification de la MÉCA, le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine a lancé début 2017 un appel à candidature pour un montant de 300 000 €. Parmi les quatre candidats admis à concourir, c'est Benoît Maire, avec l'œuvre « Un détail », qui a été choisi après avis du comité artistique et décision de la Région.

Les gradins extérieurs de la MÉCA accueilleront l'œuvre de l'artiste qui représentera une demi-tête d'Hermès en bronze.

"Telle qu'elle est placée, la demi-tête semble être coupée par le bâtiment lui-même. La moitié absente de la sculpture est à compléter par le spectateur dans l'intérieur vidé de la chambre urbaine. Ce travail de l'imagination est renforcé par le fini poli-miroir de la tranche coupée qui permet de faire l'expérience de la réflexion dans son sens littéral. Ce miroir en bronze permet aussi de refléter l'extérieur et augmente les points de vue photogéniques de l'ensemble du site." Précise Benoît Maire à propos de sa démarche.

 

Les chiffres-clés de l'œuvre

  • Hauteur : 3,18 m
  • Poids : 800 kg
  • 5 parties à assembler
  • 1 socle-structure
  • 5 mois de fabrication
  • La sculpture sera réalisée par la fonderie artisanale des cyclopes à Mérignac.

Benoît Maire : un artiste à la renommée internationale soutenu depuis ses débuts par le Frac Aquitaine et la Région

Benoît Maire, né en 1978 à Pessac, vit et travaille à Pessac. Ancien pensionnaire du Palais de Tokyo et étudiant à la Villa Arson (Nice), Benoît Maire a mené des études en art et en philosophie, une double formation qu'il fait se rencontrer dans sa pratique artistique en cherchant à donner une forme sensible à des concepts théoriques. Ses productions font souvent référence à l'histoire, l'histoire de l'art, la philosophie, la psychanalyse, ou même les mathématiques et la mythologie. L'artiste est représenté par la galerie Cortex Athletico, aujourd'hui installée à Paris, mais fondée à Bordeaux par Thomas Bernard. La galerie a bénéficié d'un soutien constant de la Région pour sa présence sur les salons internationaux. Il travaille aussi avec des galeries internationales basées à Bruxelles, Vienne ou Mexico.

Lauréat du Prix Fondation d'entreprise Ricard en 2010 ex-aequo, on note parmi ses expositions personnelles récentes, le Bielefelder Kunstverein (Bielfeld, 2016), la Verrière - Fondation Hermès (Bruxelles, 2014), Western Front (Vancouver, 2014), la Fondation David Roberts (Londres, 2013), Fondazione Giuliani (Rome, 2013). Ses films ont été projetés entre autre au Centre Pompidou (Paris, 2014), à la Cinémathèque de Vancouver (2013) et à la Tate Modern (Londres, 2010). Ses œuvres sont régulièrement montrées dans le cadre d'expositions collectives.

En 2010 (mai - septembre), le Frac Aquitaine organisait L'espace nu, la première exposition personnelle en institution qui lui était consacrée, dont l'une des œuvres centrales était le film L'île de la répétition réalisé avec le soutien de l'ex-Conseil régional d'Aquitaine, du Frac Aquitaine et l'aide de l'OARA. Depuis, le Frac Aquitaine a fait l'acquisition de neuf de ses œuvres dont celle intitulée Le Nez, offerte en 2013 par l'association des Amis du Frac Aquitaine.

Visiter le site Internet de Benoit Maire

 

Un détail - Benoit Maire (images de synthèse) Agrandir l'image
Un détail - Benoit Maire (images de synthèse) © Benoit Maire
Un détail - Benoit Maire (images de synthèse) Agrandir l'image
Un détail - Benoit Maire (images de synthèse) © Benoit Maire

Une nouvelle dynamique culturelle