Aller au contenu principal
  1. Pass’en sup : accompagner les jeunes vers la réussite

Pass’en sup : accompagner les jeunes vers la réussite

Ce lundi à la Maison de la Région à Poitiers, le Président Alain Rousset et la Rectrice Anne Bisagni-Faure et le représentant du Directeur Régional de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt ont officialisé  la reconduite du dispositif Pass’en sup. Une bonne occasion de confirmer l’importance qu’attache la Région à la formation des jeunes, y compris au-delà de ses compétences propres.

Sommaire
  1. Pourquoi Pass’en sup ?
  2. Pour qui ?
  3. Quels moyens ?
  4. Premiers résultats encourageants
  5. Et maintenant ?

Pourquoi Pass’en sup ?

L’académie de Poitiers affiche un taux moyen de poursuite d'études inférieur à la moyenne nationale : 67% contre 73% (chiffres 2014) malgré une meilleure réussite au baccalauréat (+1 point).
Cette situation, particulièrement présente dans les établissements ruraux ou populaires, a justifié l’idée de Pass'en Sup. Il s’agit d’apporter aux établissements des moyens supplémentaires, pour lever les freins à la poursuite d’études.

Le dispositif, piloté conjointement par la Région, le Rectorat et la DRAAF en partenariat avec les établissements du supérieur, a trois objectifs :

  • relever les ambitions des lycéens via des actions de découverte sur mesure élaborées par les lycées en concertation avec les universités et écoles,
  • informer les familles pour lever les barrages culturels, financiers et de genre,
  • inciter l’instauration d’un lien entre enseignants du secondaire et du supérieur, en particulier sur les méthodes pédagogiques, pour éviter les ruptures.

 

Pour qui ?

Les bénéficiaires sont les lycéens d’enseignement général et technologique des établissements affichant les plus faibles taux d’intention de poursuite, repérés dans la base de données Admission Post-Bac (APB). Depuis 2012, un total de 22 lycées d’enseignement général et technologique (liste en annexe) est impliqué et 2 500 élèves ont bénéficié d’actions de découvertes ou d’immersion construites sur-mesure. Avec 22 lycées, tous les établissements qui le nécessitaient ont été pris en compte au fil des 4 années. Pass’ en sup est volontairement souple pour permettre aux établissements de bâtir le programme le mieux adapté aux besoins de leurs élèves.

 

Quels moyens ?

La Région apporte 4 000 € par établissement pour permettre les déplacements des jeunes. L’aide est de 8 000 € pour les 6 établissements agricoles compte-tenu des besoins moindres (petits effectifs). L’enveloppe globale s’élève ainsi à 76 000 € en 2016 pour les 22 établissements. Elle couvre la totalité des établissements nécessitant cette aide sur l’académie de Poitiers.
Les autorités académiques apportent des quotas d’heures supplémentaires qui représentent 3 000 € en moyenne par établissement, répartis de manière équitable entre les établissements en fonction des programmes d’actions construits.

 

Premiers résultats encourageants

Après 4 années, les premières évaluations montrent que les lycées impliqués dès 2012 ont rejoint la moyenne académique en termes de taux global d’intention de poursuite des études. C’est un résultat très encourageant qui devrait être consolidé à l’avenir par l’entrée progressive des jeunes dans l’enseignement supérieur.

Des résultats plus informels, relevés par les établissements, sont aussi satisfaisants : évolution positive des intentions de poursuite notamment pour les filières technologiques, dialogue pédagogique secondaire/supérieur engagé, mais aussi remotivation dans le travail pour les élèves et émulation entre jeunes au bénéfice des élèves non impliqués.

Enfin, plusieurs établissements du supérieur ont développé des programmes d’accueil ou d’immersions dédiés à de petits groupes d’élèves, plus efficaces que les traditionnelles visites de classes entières et le travail collaboratif entre enseignant du secondaire et du supérieur est amorcé.

 

Et maintenant ?

Ces actions contribuent à fluidifier les parcours des jeunes. Elles permettent également de lever les barrages socio-culturels, de genre, constatés dans les établissements situés pour la majeure partie en milieu rural. Elles participent aussi à la lutte contre le décrochage, notamment en première année du supérieur.
La pertinence de Pass’en sup est désormais unanimement reconnue.
Le dispositif a été reconduit à périmètre constant lors de la Commission Permanente du Conseil Régional de juillet dernier et il est envisagé d’examiner son extension à la rentrée 2017 à l’ensemble des lycées de la région qui le nécessitent.

Liste des établissements engagés

17 établissements Éducation Nationale

 

 

6 Établissements Ministère de l'Agriculture