Aller au contenu principal
  1. La filière livre s'organise en Nouvelle-Aquitaine

La filière livre s'organise en Nouvelle-Aquitaine

Le 10 février 2017, la Région Nouvelle-Aquitaine et l'État ont lancé, à l’hôtel de Région de Bordeaux, la concertation auprès des professionnels du livre pour élaborer un nouveau contrat de soutien à la filière d'ici fin 2017.

Avec plus de 200 éditeurs, autant de libraires indépendants et de manifestations dédiées au livre, la Nouvelle-Aquitaine est la deuxième Région française la plus dynamique dans ce secteur (après l'Île-de-France). « Nous avons une tradition de co-construction avec l'État et les professionnels qui a permis de préserver la bibliodiversité d'un écosystème régional », souligne Alain Rousset, président de la Région. Les points d'ancrage sont nombreux, à l'image de la bande dessinée, dont 13 % des auteurs scénaristes français résident en Nouvelle-Aquitaine.

Promouvoir un environnement

Pour soutenir cette « bibliodiversité » à l'heure du web et des contenus dématérialisés, un premier protocole avait été signé dès 2014 entre le CNL (Centre national du Livre), la DRAC (Direction régionale des Affaires culturelles) et l'ex-Aquitaine. Des dispositifs existaient également en Poitou-Charentes et Limousin. La fusion des trois Régions est l'occasion de redynamiser la filière à travers un nouveau contrat, les précédents arrivant à leur terme. Même si le livre reste le produit culturel le plus vendu en France, son économie repose principalement sur des petites structures et l'engagement de passionnés ! Les agences régionales dédiées aux professionnels (ECLA Aquitaine, CLL de Poitou-Charentes, CRL en Limousin) vont également se regrouper en 2018 autour d'une agence unique pour l'ensemble de la Nouvelle-Aquitaine. « Le livre ne peut prospérer que dans un environnement fertile », indique Arnaud Littardi, directeur régional des Affaires culturelles, soulignant l'importance des équilibres territoriaux d'accès à la lecture qui s'appuient sur tout un maillage : centres de documentation et d’information des lycées, bibliothèques et médiathèques, festivals…

Francophonie et numérique

La concertation lancée le 10 février dernier s'adresse autant à ceux qui créent les livres (auteurs, éditeurs, traducteurs) qu'à ceux qui les font découvrir au public (libraires, bibliothécaires, organisateurs de salons). Ce nouveau contrat répondra aux problématiques des métiers, tout en favorisant des interactions pour structurer une économie, maintenir des emplois et leur permettre d'évoluer, notamment par le numérique, sans oublier la question des droits culturels, autre enjeu de taille… Plusieurs sujets ont été abordés dès ce premier rendez-vous. La francophonie est apparue comme un atout, en lien avec le numérique, un éditeur de livres audios témoignant de l'augmentation de ses clients français à l'étranger : « Le numérique permet de mettre à disposition des livres d'une façon rapide et dans le monde entier. » Dans un marché dominé par les géants du web, les éditeurs régionaux doivent être accompagnés pour mener les investissements nécessaires à la production et à la promotion d'ouvrages dématérialisés. La Région Nouvelle-Aquitaine est une des rares en France à permettre ce soutien à travers son schéma régional économique.

Repenser la lecture et l'écriture

Pour Pierre Mazet, directeur de la manifestation bordelaise L'Escale du Livre, la réflexion doit repenser globalement les métiers à partir des usages de lecture. Des éditeurs ont insisté sur l'intérêt de créer de nouvelles formes de médiations auprès des libraires, des médiathèques et du grand public, notamment les jeunes. D'autres pistes ont été évoquées, comme l'extension des horaires d'ouverture des bibliothèques et médiathèques. En matière d'offre éditoriale, plusieurs idées ont été formulées : relier des pratiques d'écriture contemporaine à la recherche universitaire, développer les ouvrages en langues régionales à l'échelle de la Nouvelle-Aquitaine… Du côté des auteurs, la problématique de la rémunération reste centrale : de la relation avec leur éditeur à l'intervention durant des salons… Plusieurs associations de promotion de la littérature sur le territoire picto-charentais ont salué l'investissement humain des personnes sur le terrain : festivals, rencontres, ateliers… « Toutes ces actions restent capitales pour nous », rappelle Marie-France Houdart, directrice de la petite maison d'éditions Maiade, basée à Lamazière-Basse, en Corrèze.

Dates à retenir