Aller au contenu principal
  1. Art pariétal : Lascaux poursuit sa mue

Art pariétal : Lascaux poursuit sa mue

Le 3 mars 2016, une visite de presse était organisée à Montignac pour découvrir le site du futur Centre international de l’Art Pariétal. Un projet touristique, culturel et scientifique d’envergure au cœur de la Région, sur la commune de Montignac-sur-Vézère en Dordogne.

Le compte-à-rebours est lancé. Le Centre International de l’Art Pariétal Montignac-Lascaux ouvrira ses portes le 15 décembre 2016. Sur une parcelle de terrain de 6,5 hectares, le bâtiment présente une emprise au sol d’environ 11 400 m². D’une hauteur moyenne de huit mètres, il s’étend sur près de 150 mètres pour ce qui est de sa plus grande longueur et jusqu’à 70 mètres dans sa plus grande largeur. Semi-enterré, il se confond avec le paysage : l’arrière disparaît dans le relief et dans la forêt, tandis que la façade avant, toute en transparence, s’ouvre généreusement sur la vallée.

Le Centre International d’Art Pariétal de Montignac-Lascaux est un centre d’interprétation. C’est-à-dire, contrairement à un musée classique, qu’il n’expose pas de collections d’œuvre. Il a plutôt vocation à mettre en valeur et expliquer le site de Lascaux et ses richesses.

Sept zones de visite

C’est tout un parcours qui sera proposé aux visiteurs, à travers 7 zones différentes.

  • La première, le chemin de la grotte, les amène jusqu’à l’entrée du fac-similé (une reproduction en totalité de la grotte originale de Lascaux) : un cheminement paysager, à l’image d’une galerie à ciel ouvert, qui permet de s’imprégner du contexte géographique et climatique de Lascaux.
  • La deuxième zone correspond au fac-similé à proprement parler : l’atmosphère est celle d’une grotte, il y fait humide et sombre, les sons sont assourdis.
  • La troisième zone mêle expériences numériques et interactives et études approfondies des principaux panneaux reproduits à l’échelle 1.
  • Le Théâtre de l’art pariétal constitue la 4e zone et permet de revenir sur les travaux des préhistoriens depuis le XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui.
  • Un voyage en 3 dimensions est proposé dans la 5e zone, au cœur de Lascaux, comme vous ne l’avez
    jamais vue, mais également à la découverte des sites d’art pariétal à travers le monde.
  • La 6e zone, une galerie numérique interactive, explore les liens entre art pariétal et art moderne.
  • La 7e zone consacre, quant à elle, des expositions temporaires d’artistes contemporains.

Lascaux en 4 étapes

  • Au commencement, il y a 4 adolescents – Marcel Ravidat, Jacques Marsal, Simon Coencas et Georges Agniel – qui découvrent la grotte originale. Nous sommes alors le 12 septembre 1940, Lascaux renaît après plus de 20 000 ans de sommeil. Dès décembre 1940, la grotte sera classée Monument historique. Victime de son succès, elle sera fermée le 20 mars 1963, pour sa propre préservation. En 1979, elle fait son entrée au Patrimoine Mondial de l’Humanité avec le label de l’UNESCO.
  • Le 18 juillet 1983, la 1ere reproduction (fac-similé) de Lascaux voit le jour, à proximité de la grotte originale. Il s’agit de Lascaux 2 qui héberge les représentations de 90 % des peintures de la grotte originale. Depuis son ouverture, près de 10 millions de personnes l’ont visitée.
  • A partir de 2012, Lascaux s’exporte : de Bordeaux à la Corée du Sud et au Japon (pour le printemps 2016), en passant Chicago, Houston, Montréal, puis Bruxelles, Paris et Genève. Alors que le site de Lascaux 2 est toujours ouvert au public, Lascaux 3 prend la relève sous forme d’exposition itinérante : 5 répliques exactes des peintures de la Nef et du Puits (deux lieux de la grotte originale qui est divisée en plusieurs espaces) et des technologies numériques pour découvrir la grotte sous toutes les coutures.
  • Lascaux 4, enfin, verra donc le jour à la fin de cette année, au pied de la colline qui abrite Lascaux 1 et 2, afin de sanctuariser le site, diminuer ainsi le plus possible sa pollution et garantir les meilleures conditions de sauvegarde de la grotte.

Le Centre international de l’Art Pariétal Montignac-Lascaux en chiffres

  • 57 millions d’euros d’investissements répartis entre la Région ALPC (16,6 millions d’euros), le Département de la Dordogne (16,6 millions d’euros), l’Europe (12 millions d’euros), l’Etat (4 millions d’euros) et l’exploitant (2 millions d’euros). Le mécénat financier des particuliers et des entreprises est sollicité sur les 5,8 millions d’euros restants.
  • Un bâtiment de 8500 m² qui s’étend sur 150 mètres de long, 70 mètres de profondeur et 8 mètres de haut.

Voir la visite virtuelle du futur Centre international de l’Art Pariétal

Premiers gestes de reproduction du futur centre international de l’art pariétal.
Premiers gestes de reproduction du futur centre international de l’art pariétal.
Premiers gestes de reproduction du futur centre international de l’art pariétal.
Premiers gestes de reproduction du futur centre international de l’art pariétal.
Premiers gestes de reproduction du futur centre international de l’art pariétal.
Premiers gestes de reproduction du futur centre international de l’art pariétal.