Aller au contenu principal
  1. Aux champs : un festival au son de la patate
Les haies de campagne © Olivier Bleys

Aux champs : un festival au son de la patate

La commune rurale corrézienne de Chanteix va vivre en musique du 9 au 12 aout. La patate, emblème local, sera aussi à l’honneur et permettra de garantir une bonne ambiance intergénérationnelle lors du Festival aux champs.

09 août 2018 - 10h00
12 août 2018 - 23h45

« On est un peu les enfants de Jean-Louis Foulquier et des Francofolies. Cela explique pourquoi on a créé en 1987 un festival de musique, en milieu rural à Chanteix où il n’y en avait jamais, même dans les grandes villes voisines », se souvient Jean-François Poumier responsable du Festival aux champs.
Depuis 30 ans, le festival a bien grandi, tout en conservant son ambiance bon enfant en s’appuyant sur le territoire.

Tout commence dès 1972 pour la commune de Chanteix. Un groupe d’adolescents, dont faisait partie Jean-François Poumier, se demande quoi faire l’été en pleine campagne. Il décide alors de créer le Foyer Culturel de la Jeunesse Chanteixoise.
Les ados se lancent immédiatement dans l’organisation d’une « soirée récréative » où chacun monte sur scène pour lire des poèmes, chanter, lire des extraits de pièce de théâtre.
« On voulait passer le temps à la campagne
. » Ensuite, les activités de l’association s’étoffent avec un ciné-club, des galas d’accordéon, une fête à la mode 1900 avec mariage et défilé…

Fête de village aux airs de rock

L’association étant bien rodée à l’organisation d’événements, Jean-Louis Poumier propose de lancer dans un festival de musique dans ce bourg de 600 âmes. Dès la première édition, qui s’étalait sur huit jours, l’éclectisme est de mise. Noir Désir fait la tête d’affiche et côtoie le folklore corrézien ! Trois éditions se succèdent, mais les organisateurs doivent se rendre à l’évidence. Leur pari est très ambitieux. « On avait du mal à ancrer une telle manifestation dans le monde rural », témoigne le président de l’association organisatrice.
Mais cette excellente expérience ne peut pas se finir ainsi. Dès 1996, le festival est relancé sur 4 jours, sur les mêmes bases mais, cerise sur le gâteau, l’association décide d’associer la pomme de terre au festival. Une évocation au territoire qui est payante. « Cela a permis d’installer le festival dans les têtes. On l’appelle même le festival de la patate ».
Elle est présente dans une programmation culturelle lors d’une journée associée à la programmation musicale, devenant prétexte à des expositions et de la gastronomie. Cela apporte un côté fête de village au festival de la musique qui est conservé encore aujourd’hui.
La patate est toujours à l’honneur, avec une monnaie sur le festival appelée Zapatatas et dans les assiettes avec l’aide de la « Confrérie du millassou de la farcidure » et le Club de foot voisin qui réalise le millassou, ce plat typique à base de pommes de terre.

Juliette, trust et Thérapie taxi

Le festival qui existe grâce à l’action de 200 bénévoles de Chanteix et de nombreuses communes avoisinantes tient à son ancrage local et continue à amener la musique là où elle n’était pas. Ainsi, le festival prépare les « A côtés », avec des ateliers de créations de chansons, des concerts dans les maisons de retraite et dans les prisons de Tulle et d’Uzerche.
A Chanteix, pendant 4 jours, de nombreux artistes viendront sur la scène payante ou les scènes gratuites dans l’éclectisme musical. Ainsi Juliette ouvrira le festival sur la scène payante, Trust donnera un côté revival et très rock au rendez-vous. La venue de Therapie Taxi ravira les fans de cette découverte 2018. Le tout mixé avec des groupes pop, des musiciens de la scène locale ou encore du hiphop.

Découvrez le programme en ligne