Aller au contenu principal
  1. 46° Festival international de la bande dessinée
Festival international de la BD 2019 © fibd

46° Festival international de la bande dessinée

Du 24 au 27 janvier 2019, Angoulême accueille le 46e festival international de la Bande dessinée qui fait la part belle aux comics et aux mangas. Aidé par la Région Nouvelle-Aquitaine dans le cadre de son action en faveur de la filière livre et de son soutien aux auteurs et aux maisons d'édition, le festival doit accueillir plus de 200 000 visiteurs.

 

Angoulême

24 janv. 2019 - 9h00
27 janv. 2019 - 18h00
Festival international de la BD 2019
Festival international de la BD 2019 © fibd
Sommaire
  1. Angoulême, capitale économique de la BD
  2. Les prix, les expositions, les rencontres, les éditeurs de la 46e édition
  3. Journée interprofessionnelle au Festival International de la Bande Dessinée
  4. Maisons d’édition de bande dessinée en Nouvelle-Aquitaine
  5. Le festival international de la BD en chiffres

Angoulême, capitale économique de la BD

Le Festival International de la bande dessinée – qui se déroule du 24 au 27 janvier 2019 – relance son marché international des droits et des licences pour s’imposer comme la place forte de la BD, à la fois économique et culturelle.

Le Festival International de la bande dessinée (FIBD) d’Angoulême deviendra-t-il le Festival de Cannes du neuvième art ? C’est en tout cas l’ambition affichée avec le nouvel essor donné au marché international des droits et des licences. À l’image de Cannes, place emblématique de la cinéphilie mais aussi de l’économie du cinéma, Angoulême compte bien peser de tout son poids dans l’économie de la bande dessinée. Le rayonnement culturel du festival en fait un rendez-vous incontournable et, en parallèle du festival, un marché des droits existe déjà. « Mais nous devions lui donner une autre dimension », explique Franck Bondoux, délégué général du FIBD. La 46e édition du festival verra donc le lancement d’une place de marché à la hauteur de la réalité économique de la bande dessinée. La France est le premier marché de la BD en Europe et le deuxième dans le monde après le Japon. La cession de licences et droits dérivés à l’export (éditoriaux, adaptation cinématographique et audiovisuelle, droits numériques, adaptation jeu vidéo, merchandising) représente aujourd’hui plus de 10 % des revenus des éditeurs de BD. Avec un espace dédié plus vaste, une journée réservée aux professionnels la veille du festival, des infrastructures pour organiser des conférences et favoriser les prises de contact, le marché international d’Angoulême devra répondre à plusieurs enjeux.

De la BD à l’animation

Il aura tout d’abord à se positionner sur les échanges internationaux. Les lecteurs français ont cette particularité d’aimer tous les genres de BD (le manga japonais représente un tiers des ventes en France !). D’où la multiplication des traductions et des droits entre éditeurs. Face aux mangas et aux comics américains, la BD francophone doit aussi davantage s’exporter. Enfin, la BD est un genre qui se prête particulièrement bien aux transpositions cinématographiques. L’un des rôles du marché international d’Angoulême sera de faciliter les échanges autour des cessions des droits et des adaptations au cinéma, dans des films d’animation ou de jeux vidéo. Car Angoulême est aussi un pôle d’excellence dans l’animation avec une filière structurée et des studios réputés. Le FIBD compte bien valoriser les atouts du pôle angoumoisin en servant d’interface au niveau régional, national et international. « Avec le soutien de la Région Nouvelle-Aquitaine et du Centre National du Livre, nous prenons un nouvel élan, prédit Franck Bondoux. Et c’est en s’installant à long terme que ce marché prendra toute son ampleur. »

Les prix, les expositions, les rencontres, les éditeurs de la 46e édition

Retrouvez l'intégralité du programme ainsi que les informations pratiques sur le 46e festival international de la bande dessinée d'Angoulème sur le site du festival

www.bdangouleme.com

Journée interprofessionnelle au Festival International de la Bande Dessinée

L'ALCA (Agence livre, cinéma et audiovisuel en Nouvelle-Aquitaine) propose aux bibliothécaires et libraires une journée en immersion au Festival international de la bande dessinée le 24 janvier 2019 à Angoulême.

  • Matinée d’information sur la Bande dessinée du réel en direction des bibliothécaires et des libraires – conférence et rencontre avec une autrice et un auteur.
  • 80 pass journée pour accéder aux Bulles du FIBD et rendre visite aux éditeurs et auteurs de bande dessinée de Nouvelle-Aquitaine.
  • Un livret présentant les maisons d’édition de bande dessinée installées en Nouvelle-Aquitaine ainsi que leurs derniers titres publiés, les actions de médiation possibles (ateliers, expositions, tournée d’auteurs) et leur localisation au FIBD.

Journée organisée avec le concours de 9e art+/FIBD, l’ALPHA GrandAngoulême, La Cité et le Service du livre et de la lecture de Charente.

Informations et inscriptions sur le site de l'ACLA

Maisons d’édition de bande dessinée en Nouvelle-Aquitaine

À l’occasion du Festival international de la Bande dessinée, L'agence du livre, du cinéma et de l'audiovisuel ALCA Nouvelle-Aquitaine publie une plaquette de présentation de 16 maisons d’édition de bande dessinée installées en Nouvelle-Aquitaine qui témoignent d’une grande diversité et singularité de la création « French Touch »

Télécharger la plaquette

Le festival international de la BD en chiffres

1 500 Auteurs et autrices / 870 Journalistes français et étrangers / 387 Rencontres, ateliers , conférences, spectacles et projections / 44 308 Fans sur Facebook  / 1 620 450 Visiteurs sur le site internet / 23 Pays représentés sur les différents espaces éditeurs avec une prédominance des pays de l’Union Européenne  / 228 Maisons d’édition francophones / 200 Tonnes de livres / 200 Tonnes de matériel acheminé à Angoulême / 6 600 Professionnels / 24 900 Mètres carrés dédiés.