Aller au contenu principal
  1. Des solutions innovantes
Des solutions innovantes © AdobeStock

Des solutions innovantes à notre portée !

Soucieuse de limiter sa dépendance aux ressources fossiles afin de ne pas se trouver dans une impasse énergétique, la Région développe des alternatives. Une transition axée sur des solutions innovantes. Le développement et la diversification des énergies est une priorité régionale. Les filières émergentes permettent de tendre vers les économies énergétiques et favorisent le développement économique local. Les énergies marines renouvelables y jouent un rôle clé. Elles s’inscrivent dans les efforts menés par la Région pour favoriser la croissance bleue.

Sommaire
  1. Le photovoltaïque ou énergie électrique produite à partir du rayonnement solaire
  2. Le tournant de la technologie hydrogène
  3. Les énergies marines renouvelables
  4. Stocker l’énergie verte produite

Le photovoltaïque ou énergie électrique produite à partir du rayonnement solaire

Le photovoltaïque
Le photovoltaïque © AdobeStock

En progression constante, le solaire photovoltaïque est une ressource abondante et inépuisable. La Nouvelle-Aquitaine est d’ailleurs la première région de France en termes d’installations photovoltaïques. La Région promeut également un nouveau modèle basé essentiellement sur l’auto consommation collective. C’est une manière de répondre à la fois aux problèmes de flux énergétiques, par la proximité entre le besoin et la production, et aux coûts croissants de l'électricité, par l’effacement au réseau de tout ou partie des besoins électriques d’un bâtiment ou d'une activité.

Le tournant de la technologie hydrogène

Les filières des énergies renouvelables impliquent de développer la partie stockage. La technologie permet de transformer le surplus d’électricité en hydrogène, en reprenant le mécanisme de l’électrolyse. Elle présente de nombreux avantages : grâce à un simple courant électrique, l’eau est transformée en hydrogène gazeux. L’hydrogène est facile à stocker, à transporter, à valoriser. Une fois transformée en gaz, l’énergie renouvelable peut alors être insérée dans le réseau de gaz naturel existant. Il devient ainsi possible de le garder en réserve, en grands volumes pendant de longues périodes, avant de le transformer à nouveau en électricité grâce à la pile à combustible, ou de l’utiliser sous forme de gaz, par exemple pour se chauffer. 

Les énergies marines renouvelables

Avec une façade maritime qui court du sud du Pays Basque au Nord de la Charente-Maritime, la région dispose d’un accès privilégié à l’océan. C’est un potentiel particulièrement important et un défi à relever.

Trois familles de technologies composent cette filière :

  • l’éolien off shore se démarque par un projet d’envergure en mer d’Oléron : 60 à 80 éoliennes, permettant d’alimenter 650 000 habitants, soit l’équivalent de la consommation domestique de la Charente-Maritime, seront mises en service en 2023. A partir de 2025, le nombre d’emplois générés par ce secteur devrait dépasser celui de l’éolien terrestre ;
  • les systèmes houlomoteurs qui utilisent l’énergie de la houle pour produire de l’électricité sont encore en phase de recherche et de développement. Une étude est en cours pour des installations dans l’estuaire de l’Adour ;
  • enfin, bien que l’enjeu soit moindre que pour les énergies provenant de l’océan, l’hydrolien fluvial représente une opportunité pour la Nouvelle-Aquitaine. Un site expérimental situé sur la Garonne, au cœur de Bordeaux, est opérationnel depuis 2016. Il constitue une étape préalable à la mise en place de fermes pilotes dans l’estuaire et à l’essor d’une filière industrielle.

Pour le territoire, son littoral porte une triple promesse d’innovation, de transition énergétique et de création d’emplois.

Stocker l’énergie verte produite

Caractérisée par des phénomènes d’intermittence, les énergies renouvelables locales sont d’une disponibilité aléatoire. Pour garantir l’approvisionnement, il faut pouvoir réserver l’énergie produite par une centrale photovoltaïque la journée pour pouvoir l’utiliser la nuit et plus largement, gérer les pics de consommation.

C’est désormais rendu possible grâce à des technologies de pointe qui permettent une gestion intelligente de l’énergie. Le système classique est celui de la batterie. Leur capacité de stockage s’est nettement améliorée. De suffisamment grande ampleur, elles permettent d’assurer la continuité de la fourniture en électricité. Des technologies hybrides sont actuellement développées afin de les coupler à un système de piles à hydrogène. Grace à un pilotage intelligent, le système pourra s’appuyer, selon le contexte et la météo, alternativement sur l’une ou l’autre des technologies.

Lancé en 2017, le cluster Energies et Stockage vise à apporter une réponse efficace à ces nouveaux marchés. 300 entreprises régionales ont été recensées sur cette thématique.