Aller au contenu principal
  1. S'engager pour la protection et conservation des espèces naturels
Parc Naturel Régional Périgord-Limousin © Parc Naturel Régional Périgord-Limousin

S'engager pour la protection et conservation des espèces naturels

La faune et la flore sont des composantes essentielles du patrimoine naturel de la Nouvelle-Aquitaine, mais certaines espèces, souvent liées à un milieu ou des exigences écologiques spécifiques, sont menacées de disparition. En cause, le changement climatique, l’intensification des pratiques culturales, la fragmentation des habitats, l’artificialisation des surfaces agricoles et naturelles, les espèces exotiques envahissantes, la surexploitation des ressources naturelles... Face à ces enjeux, la Région s’engage pour préserver cette biodiversité indissociable de notre vie.

Sommaire
  1. En Nouvelle-Aquitaine, des espèces uniques
  2. La Région agit pour répondre à cette urgence de protection des espèces

En Nouvelle-Aquitaine, des espèces uniques

Pour certaines espèces, le territoire régional constitue un des derniers bastions national ou européen. On peut citer le cas de l’Outarde canepetière, l’Ours des Pyrénées, l’Esturgeon d’Europe ou du Vison d’Europe

On trouve également plusieurs espèces pyrénéennes uniques (Aster, Grenouille et Desman des Pyrénées). 

Par ailleurs, les suivis réguliers des populations d’espèces démontrent que ce ne sont pas uniquement les espèces les plus rares qui disparaissent. Certaines espèces encore communes il y a une dizaine d’années voient leur population chuter. C’est le cas de l’Alouette des champs ou de l’Hirondelle de fenêtre.

Autre exemple, celui des chiroptères. Sur les 34 espèces de chauves-souris identifiées en France, 27 sont présentes en Nouvelle-Aquitaine. Un plan régional d’actions pour leur préservation est d’ailleurs prévu.

Des espèces en voie de disparition, une réalité aujourd’hui

Une espèce vivante disparaît toutes les 20 minutes, ce qui représente un rythme de disparition 1 000 fois plus important que le rythme naturel constaté lors des 10 millions d’années passées. Les scientifiques parlent de la 6e crise d’extinction des espèces. Une espèce responsable : l’Homme.

La Région agit pour répondre à cette urgence de protection des espèces

  • Amélioration des connaissances

Afin de cibler l’action régionale pour la conservation des espèces menacées, il est fondamental de connaitre la biologie des espèces, leur aire de répartition, leur effectif, les menaces…

Ainsi, la Région accompagne les programmes d’amélioration des connaissances des espèces de faune (atlas des amphibiens et reptiles, atlas des mammifères…) et de flore (inventaire régionale de la flore,…).

Elle pilote aux côtés de l’Etat la stratégie régionale sur la connaissance en matière de biodiversité et des paysages, afin de renforcer les données, les compiler, les mutualiser, et enfin les vulgariser pour une meilleure compréhension et prise en compte de tous.

L’Agence Régionale de la Biodiversité joue également un rôle essentiel.

La Région soutient également un projet important d’évaluation de l’impact du changement climatique sur la Biodiversité, plus précisément sur des espèces indicatrices de faune et de flore de notre territoire régional : Les Sentinelles du Climat.

  • Conservation des espèces menacées

Pour sauvegarder les espèces à forte valeur patrimoniale, la Région soutient des opérations pilotes de sauvegarde in situ et des programmes régionaux ou nationaux de conservation notamment pour les espèces suivantes : l’Esturgeon européen (poisson emblématique de l’estuaire de la Gironde, pour lequel un programme de conservation est mené depuis 1999), l’Outarde canepetière (oiseau emblématique de la plaine qui a connu un déclin spectaculaire depuis plus de 30 ans, aujourd’hui au bord de l’extinction) et le Vison d’Europe (petit carnivore de la famille des mustélidés menacé de disparaître lui aussi et qui fait l’objet d’un plan de restauration).

Concernant la conservation de la flore, la Région peut s’appuyer sur les deux Conservatoires Botaniques Nationaux agréés (CBN Sud-Atlantique et CBN Massif Central) afin d’identifier et conserver les éléments rares et menacés de la flore sauvage et des habitats naturels et semi-naturels. 

  • Protection des insectes pollinisateurs

Consciente des conséquences que peut avoir le déclin des insectes pollinisateurs, la Région s’empare du sujet et met en place un plan en faveur des pollinisateurs construite autour de 4 grandes orientations, déclinées en actions concrètes : 
> améliorer la connaissance pour mieux préserver les pollinisateurs ;
> maintenir le service de pollinisation en préservant et en restaurant les habitats et les ressources ;
> transférer les connaissances (informer, sensibiliser et former) ;
> construire une exemplarité régionale.

  • Soutien aux Centres de soins de la faune sauvage (CSFS)

Au nombre de huit en Nouvelle-Aquitaine, répartis sur autant de départements, les centres de soins participent à la sauvegarde du patrimoine naturel régional et à sa diversité biologique. Ils permettent de soigner les animaux sauvages blessés, malades, mazoutés, avant de les relâcher dans leur environnement naturel, mais aussi d’étudier les causes de destruction de la faune sauvage. A ces missions d’intérêt général s’ajoute le travail de sensibilisation et d’éducation à la nature. 

Dans le contexte actuel d’érosion de la biodiversité, de changement climatique, d’intensification des pratiques culturales, de fragmentation des habitats, d’artificialisation des surfaces agricoles et naturelles, de pollution des eaux… et face à l’intérêt des actions menées par ces structures et l’importance de leur présence sur le territoire, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de les accompagner par l’élaboration d’un Schéma régional des centres de sauvegarde de la faune sauvage.  

Adopté le 25 juin 2018, le but de ce schéma est multiple : permettre à l’ensemble des centres  d’optimiser leur fonctionnement, d’identifier leurs besoins et de les partager, de mutualiser les outils et d’être en capacité d’agir en cas de crise majeure. La Région prévoit pour cela un soutien renforcé des aides à l’investissement et au fonctionnement. 

La Région au chevet de la faune sauvage

Le centre Hegalaldia, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui doit faire face à l’augmentation des accueils (plus de 20% chaque année) s'est donné pour objectif de sauvegarder les animaux sauvages blessés ou en difficulté. Depuis l’accident du pétrolier « Le Prestige » en 2002, l'association s'est d’ailleurs spécialisée dans la réhabilitation des oiseaux marins et montagnards. 

Pour assurer au mieux cette mission, l’association a réalisé plusieurs investissements, avec l’aide financière de la Région : construction d’une unité à piscine pour la convalescente des oiseaux marins, création d'un box volière et enclos pour isoler les individus de la prédation des autres résidents, réaménagement du bâtiment pour créer une nouvelle salle d’infirmerie et achat de petits matériels.

  • Limitation des espèces exotiques envahissantes

Pour mieux préserver les espèces indigènes menacées et leurs habitats, la Région souhaite limiter et même éradiquer le développement des espèces exotiques envahissantes. En s’appuyant sur l’Agence Régionale de la Biodiversité Nouvelle-Aquitaine, la Région oriente son action vers les axes suivants : 
> surveillance des espèces exotiques envahissantes (animation d’un réseau d’acteurs, formations, sensibilisation du public…) ;
> organisation de démarches de détection précoce ou d’alerte ;
> développement d’un outil d’aide à la gestion.

Besoin d'un accès plus direct ?